1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

A moins que vous ne soyez un féru d'histoire provençale, le nom de Joseph-Antoine Durbec (1899-1987) ne vous dira probablement rien. Pourtant, président de la Société scientifique et littéraire de Cannes-Grasse de 1965 à 1967, cet homme aura écrit une cinquantaine d'études historiques qui lui valurent, outre quelques honneurs qui le laissèrent plutôt indifférent, la reconnaissance de personnalités ou d'amis comme Vialatte.

En investissant de manière approfondie et systématique archives et sites archéologiques, Joseph-Antoine Durbec a éclairé très nettement l'histoire de l'Ordre du Temple en Provence :
"L'étude que nous présentons concerne les maisons du Temple situées dans le comté de Provence, le comté de Nice, le comté de Forcalquier, le Venaissin, la principauté d'Orange, les terres adjacentes, et exceptionnellement aussi quelques maisons voisines dont les dépendances se trouvaient à cheval sur les limites de ces Etats ou de ces terres.
Ces maisons ne formaient, à l'origine, qu'une partie de la grande commanderie provinciale dite "Province d'Aragon", laquelle s'élargit très vite, du reste, en Maîtrise d'Espagne et de Provence ou bien encore en Maîtrise de Provence et de certaines parties de l'Espagne, surtout à partir de 1143. La maîtrise ainsi définie englobait alors, outre la Provence et ces parties de l'Espagne, le Languedoc, le Roussillon, la Gascogne, la Guyenne, le Dauphiné... On y rattacha même l'Italie (en 1202). La Maîtrise de Provence tendait cependant de plus en plus vers son indépendance vis-à-vis de certaines entreprises. Elle l'obtint, semble-t-il, aux environs de l'année 1235. Le frère qui en avait la charge commandait encore, à ce moment, sous l'autorité du maître en deçà des mers, l'ensemble des établissements que l'Ordre possédait dans les pays énumérés ci-dessus, à l'exclusion de l'Espagne, de l'Italie et du Roussillon. C'est dire que nous ne l'avons pas étudiée dans toute son étendue. [...]
L'ouvrage doit comprendre quatre parties essentielles : 1) La formation des commanderies et la répartition géographique de leurs biens, 2) La nature de ces biens, localité par localité, 3) L'organisation, le personnel et la gestion des maisons, 4) Les difficultés et la fin de l'Ordre. IL sera suivi d'une liste analytique des actes mis en valeur et de plusieurs tables."
Voici donc une contribution de valeur à la connaissance historique de l'Ordre du Temple.