Gino Sandri

Gino Sandri a rencontré l'association Atlantis au début des années 1970. Jusqu'à ce moment, il n’avait rencontré aucun personnage ou aucun groupe lié à l'ésotérisme. Toutefois, il avait lu un certain nombre d'ouvrages sur le sujet et tout reposait pour lui sur un travail personnel. Il s’est dès lors intéressé aux livres de Fulcanelli et, par ce biais, à l'effervescence rosicrucienne du début du dix-septième siècle. Il était également très sensible à la littérature et à l'art de la Renaissance. De même, aux questions d'architecture et de géométrie dites sacrées.
Dans le cadre des Amis d'Atlantis, il a rencontré en particulier Monsieur Canseliet, René Alleau, Jean Phaure et aussi Augustin Berger dont les écrits l’ont vivement intéressés. Il fréquentait régulièrement la librairie parisienne La Table d'Emeraude où on pouvait trouver d'excellents livres anciens reproduits en fac-similé. Dans cette librairie, le souvenir d'André Savoret y était perceptible. C'est dans ce cadre qu’il découvrit des livres comme l'Archéomètre, L'Homme rouge des Tuileries, la Trilogie de la Rota, la Clef universelle des secrètes.
Il pressentait que ces ouvrages véhiculaient tout ou partie d'un système ce qui l'a amené à approfondir certaines études. C'est alors que Pierre Plantard (1920-2000) ,qu’il fréquentait à l'époque, l'a guidé dans ces mêmes études en lui donnant « l'impulsion indispensable »...

Toutes les vidéos de Gino Sandri

Haut