Livres

Découvrez le meilleur des événements littéraires , les auteurs, artistes et célébrités associés à BAGLIS TV

Peaux noires de Jean-Claude Constant

Ce roman commence par une citation de Marc Levy : « Ecrire suppose qu’on ne peut pas dire mais que l’on ne peut pas se taire. ». Ce qui sied parfaitement au sujet développé par Jean-Claude Constant, les rapports tortueux à la sexualité qui pollue la vie de l’Eglise, les dénis, les faux-fuyants, les abus cachés…

« Se peut-il que l’Eglise catholique considère ses prêtres comme des hommes de chair et de sang et leur accorde la possibilité de choisir le célibat ou le mariage comme dans d’autres églises chrétiennes ? Pourquoi, dans sa théologie, tant d’ostracisme à l’égard des femmes et des homosexuels ? » interroge Jean-Claude Constant alors même que l’Eglise, aujourd’hui, trop tardivement, sous la direction du Pape François, semble enfin s’approcher de la maturité nécessaire à poser le problème, sinon à le résoudre.

Jacques Bergier, l’aube du magicien

Après le magnifique premier volume consacré à Jacques Bergier (1912-1978) connu comme le co-auteur du célèbre Matin des magiciens, rédigé avec Louis Pauwels, ce deuxième volume vient compléter l’hommage fait à un penseur et aventurier d’exception.

Le premier volume de l’anthologie, Jacques Bergier, l’aube du magicien, paru en 2009, chez le même éditeur, sous la direction de Philippe Marlin, rassemblait une sélection d’articles parus avant l’aventure du Matin des magiciens, ce qu’indique le titre du volume, articles principalement parus dans la Bibliothèque Mondiale, La Tour Saint-Jacques où il collabora avec Robert Amadou, Fiction, Ailleurs, Satellite et des articles ou documents issus d’autres sources.

Enquête sur 150 ans de parapsychologie

Renaud Evrard, psychologue clinicien, est maître de conférences à l’Université de Lorraine. Il est cofondateur du CIRCEE, Centre d’Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles.

En France les rapports entre sciences et parapsychologies sont tantôt difficiles, tantôt impossibles. Contrairement aux pays anglophones, plus ouverts, les chercheurs, mêmes de renom, sont souvent contraints à dissimuler leur intérêt ou leurs recherches dès lors qu’ils sortent des sentiers battus.

La transcendance de l’humain par Claude Saliceti

Ce « plaidoyer pour un humanisme spirituel » veut contribuer à la restauration du lien entre spiritualité et humanisme, lien défait tant par « la collusion du religieux et du politique » que par « l’identification et la soumission du spirituel au religieux ». Ce sont les « Lumières » qui ont, par crispation scientiste, séparer le spirituel de l’humanisme.

Pour l’auteur, « la spiritualité humaine a sa source dans cette capacité dont dispose l’humain et dont il n’a pas décidé, d’avoir une conscience claire de lui-même, de sa finitude, de cette relation ambivalente, contradictoire entre ce qui est lui et ce qui n’est pas lui… ».

Rishi Yoga. La méditation dynamique de l’Himalaya

Cet ouvrage, essentiellement pratique, rend compte dans le détail d’un ensemble de pratiques regroupées sous l’intitulé méditation dynamique de l’Himalaya (MDH).

C’est, nous dit l’auteur dans son introduction « une pratique constituée de postures et de mouvements physiques faciles, soutenue par une attitude intérieure appropriée, logiquement combinés avec des exercices de respiration, d’écoute sensorielle et de concentration qui permettent de laisser se dévoiler simplement et spontanément la nature même de la méditation et de la contemplation au cœur du mouvement et des actions ordinaires de la vie quotidienne. »

Voir son visage originel de José Le Roy

Quel était ton visage originel avant la naissance de tes parents ? est souvent considéré comme le koan le plus important. Il est en tous les cas le plus répandu. Ce koan a trouvé un prolongement, ou un écho, remarquable chez Douglas Harding et son « homme sans tête ».

José Le Roy, familier de l’oeuvre de Harding, retrace dans ce livre l’histoire du célèbre koan depuis sa naissance supposée dans la Chine du VIIIème siècle jusqu’à nos jours, à travers la manière dont des instructeurs, passés ou plus proches de nous temporellement, ont su l’utiliser.