1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Malcom de Chazal (1902-1981) aurait pu revendiquer un héritage Rose-Croix, par l'un de ses ascendants : François de Chazal de la Genesté, swedenborgien, fut membre à la fin du XVIIIe siècle de l'ordre de la Rose-Croix de l'alchimiste Sigismund Backström.
Mais l'oeuvre, on ne saurait dire la pensée tant l'oeuvre est sensorielle, vécue, présente, l'oeuvre possède une rare puissance évocatrice. Protéiforme, insaisissable, inacceptable, elle oblige au renoncement des formes pour en saisir l'essence libre et sans nuance, à moins... d'abandonner, ce qui fut souvent le cas.
Pour découvrir Malcom de Chazal, il peut être pertinent de commencer par la biographie que lui consacre Laurent Beaufils, MALCOM DE CHAZAL publiée à La Différence. Le travail passionnant de Laurent Beaufils est un double succès. Il l'est une première fois car réussir une biographie de Malcom de Chazal relevait du défi impossible, et il réussit totalement à restituer l'oeuvre et le personnage. Il l'est une seconde fois, car remarquablement servi par le talent de son auteur, cette biographie est elle-même un voyage initiatique, une recherche de cet indéfinissable qui habitait génialement Malcom, et qui hante tout être épris absolument de liberté, de transcendance, d'absoluité.
Malcom de Chazal était un traqueur d'absolu, il traquait l'absolu sensoriellement, sensuellement. Laurent Beaufils évoque la stature de ce peintre-poète-philosophe : "Volupté, joie, innocence, dépassement de la morale, renversement de la pensée, volatilisation des contradictions, don de chaque instant à la poésie, tout concours à faire de la vie et de l'oeuvre de Malcom de Chazal le contre-exemple accompli et le procès des hystéries de la civilisation contemporaine. Entre les différentielles divines de Lucian Blaga, le disque rayé de la semaine éternelle de Morel, le bootstrap cosmique et les sueurs de la fusion froide, alors que l'homme asservit frénétiquement la nature dont il participe totalement, l'urgence d'un changement de signe s'élève ; alliance d'humour et d'hermétisme, de naïveté et d'autorité, tressaillement de matérialité spiritualiste, métaphore érotique du sentiment de continuité entre tous les êtres, la poésie de Chazal est de cet espoir. Même si le sphairos d'Empédocle révèle les caractères férocement liés et simultanés de l'amour et de la haine, il ne s'en dégage pas moins que l'on ne peut comprendre le monde si l'on n'aime pas le monde. Malcom de Chazal est de ceux qui aiment, de ceux qui nomment".
Peu de livres de Malcom de Chazal sont malheureusement disponibles. Il y a toutefois son ouvrage le plus connu SENS PLASTIQUE, disponible chez Gallimard, publié en France en 1947 et salué par André Breton, Georges Bataille, Jean Pauhan notamment. Lisez aussi, et vivez, SENS MAGIQUE son chef-d'oeuvre poétique, publié chez Lachenal et Ritter.
Malcom de Chazal est né le 12 septembre 1902 à l'Ile Maurice. Après le succès de Sens Plastique, il est peu à peu oublié. Laissé pour "fou" par les mauriciens, il disparaît dans l'indifférence générale le 1er octobre 1981. Il est grand temps que cette oeuvre gigantesque, porte éclatée sur les mondes métaphysiques, soit explorée par un plus grand nombre.
"Le plus court chemin
De nous-mêmes
A nous-mêmes
Est l'Univers"

texte: Le Crocodile, http://lettreducrocodile.over-blog.net/