images/livres/Entretiens-avec-un-astronaute.jpg

Alors que la conquête spatiale est relancée avec des objectifs multiples à la fois scientifiques, commerciaux et militaires qui auront des répercussions à long terme, peut-être plus tôt que prévu, sur nos modes de vie, ces entretiens avec l’astronaute Jean-François Clervoy nous éclairent à la fois sur l’histoire de la conquête spatiale et sur son futur ou même ses futurs.

L’ouvrage commence au plus près de l’expérience du cosmonaute qui raconte sa vocation, son engagement, sa formation, ses missions, l’évolution du métier, car c’est bien un métier, exaltant confie Jean-François Clervoy, aux exigences rares, en même temps qu’une aventure sans cesse renouvelée. Nous découvrons aussi des aspects peu médiatisés de la vie de cosmonaute comme l’impact sur la vie familiale, les dimensions très humaines de certaines missions comme celles sur la station Mir, la collaboration transnationale, etc.

« Quand je conseille le métier d’astronaute, j’explique qu’il est exaltant à plusieurs titres. Tout d’abord il est très enrichissant intellectuellement. On apprend beaucoup de choses dans des domaines techniques et des disciplines très variées comme les mathématiques, la géométrie, la mécanique orbitale, la propulsion spatiale, la photographie, l’énergie, l’automatique, etc. On nous enseigne le pilotage et, pour ceux qui aiment l’habileté gestuelle, c’est toujours excitant de chercher la précision des mouvements et de la trajectoire. On étudie les systèmes de support-vie des vaisseaux spatiaux de nouvelle génération qui recyclent l’atmosphère et les liquides. La formation inclut aussi une familiarisation avec les sciences qui bénéficieront de nos missions spatiales telles que l’océanographie, la climatologie, la géologie, la physiologie humaine, la biologie, la physique fondamentale. Pour les astronautes, c’est l’occasion de s’ouvrir à un large éventail de domaines fascinants. »

Nous le comprenons, la recherche et la conquête spatiale se situe à la croisée des avancées scientifiques les plus poussées dans la plupart des disciplines. C’est sans doute le laboratoire le plus sophistiqué de l’expérimentation humaine.

Jean-François Clervoy dessine une fresque de l’histoire de la conquête spatiale dont nous connaissons tous quelques faits marquants qui ne rendent pas compte d’un processus complexe fait d’orientations, de choix et de décisions. Des programmes ont été abandonnés, d’autres ont été renforcés avec des conséquences multiples dans le domaine de la connaissance mais aussi de la vie quotidienne.

« La liste des retombées du secteur spatial habité est très longue, nous dit le cosmonaute, et il existe des sites internet qui les répertorient. Ces technologies servent à l’Humanité tout entière y compris dans les régions les plus défavorisées, pour ne citer que les systèmes de filtration et de conservation d’eau ou les appareils de télémédecine. »

Il évoque aussi le « retour sur Terre », la vie d’un cosmonaute qui pense qu’il ne repartira plus en vol. L’expérience du vol spatial modifie et enrichit considérablement le modèle du monde d’un cosmonaute et fait de lui un expert en interactions globales qu’il conviendrait d’écouter quand il est question de sujets essentiels à la survie de l’humanité comme ceux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.

La dernière partie de l’ouvrage rassemble les réflexions de Jean-François Clervoy sur plusieurs de ces questions : l’évolution de l’Humanité, les grands défis scientifiques, le tourisme spatial, les autres formes de vie dans l’Univers…

En fin d’ouvrage, Franck Lehot aborde avec Jean-François Clervoy le sujet de la quête du sens qui semble corollaire à l’aventure spatiale, sens de l’Humanité et sens de l’Univers. Jean-François Clervoy pense qu’une certaine sagesse accompagne les avancées scientifiques et notamment la conquête spatiale.

« Je pense, nous dit-il, que l’Univers et l’Homme ont probablement un sens. Beaucoup le cherchent, c’est une quête noble qui ne fait de mal à personne, à condition de ne pas vouloir imposer ses idées aux autres. Elle aide probablement certains à mieux guider leur destinée. Si j’avais personnellement à définir un sens à l’Univers et l’Humanité, ce serait peut-être qu’ils donnent l’occasion à la conscience de chaque être humain d’évoluer vers une forme supérieure dématérialisée. Je pense que même inconsciemment nous recherchons cela. »

L’exploration spatiale nous concerne tous, non seulement en raison de ses retombées technologiques pour notre vie quotidienne, mais parce qu’elle manifeste concrètement ce que nous sommes et traduit notre volonté de repousser sans cesse les limites de la connaissance, tant sur l’Univers que sur nous-mêmes. En partageant avec le lecteur ses expériences, ses réflexions, ses interrogations, Jean-François Clervoy ne fait pas que témoigner, il nous accompagne dans la construction d’une pensée autonome et éthique.

Source: La Lettre du Crocodile

VOUS AIMEREZ AUSSI

Haut