1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Les tableaux de loges expliqués

Le tableau de loge, planche tracée ou à tracer dans certains rites, notamment anglo-saxons, fut d’abord un simple tracé sur le sol des tempeles maçonniques avant que la codification et l’art donnent naissance aux superbes tableaux que nous connaissons aujourd’hui. La trace tient une place essentielle dans la construction de l’identité et de la singularité des êtres humains. Dans le domaine maçonnique la trace inscrite dans le tableau de loge présente pour le moins trois dimensions, morale, sociale et spirituelle.

Dans son introduction, Julian Rees rappelle que « les maçons étaient particulièrement attentifs au fait que les symboles qu’ils dessinaient sur le sol de la loge ne soient pas vus par le monde profane ». Si, aujourd’hui, ces symboles sont accessibles à tous, les langages qu’ils véhiculent nécessitent toujours un apprentissage.

« La Franc-maçonnerie, poursuit l’auteur, vise à changer en symboles et en allégories ce que les mots seuls ne sauraient restituer. Et l’image nous offre une manière d’utiliser nos propres perceptions pour décoder le message. Les tableaux de loge [que certains appellent aussi « planches tracées »] sont précisément là pour ça – après avoir originellement eu pour fonction de permettre le tracé du plan d’un édifice, ils se sont transformés en moyen pour nous d’exposer et de transmettre un message, et donc d’en tirer profit. » Ce message est plurivalent, ce qui garantit sa dynamique et sa puissance génératrice de changements.

Julian Rees part d’une analyse des composés des trois tableaux de loge de la maçonnerie bleue symbolique du rite Emulation Ainsi, éléments du tableau, forme de la loge, ornements, bijoux ou mobilier, joyaux mobiles, joyaux inamovibles, pierre parfaite, piliers, autel, échelle de Jacob tous représentés sur le tableau du premier degré sont étudiés en leurs fonctions respectives. Puis, il remonte le temps pour cerner brièvement l’histoire de leur développement et les variantes qui furent adoptées. Enfin, il s’intéresse à d’autres tableaux de loges, certains inattendus, d’autres inscrits dans une culture précise, égyptienne par exemple, ou sous une perspective différente.

L’ensemble, très documenté et superbement illustré, met en évidence un art du tableau de loge. Peu à peu la dimension artistique est venue se mêler à la dimension initiatique non seulement pour la beauté mais pour la profondeur. Les artistes, en s’affranchissant de la linéarité du trait, ont donné vie d’une manière parfois surprenante aux tableaux de loges pour faire de la rencontre avec ces derniers une expérience spirituelle immédiate.