5 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
L’advaita vedânta facile de Dennis Waite

Collection Spiritualités pratiques, Editions Almora.

Pour l’auteur, l’advaita est, davantage qu’une philosophie, une méthode d’enseignement. Plus précisément : « C’est une des écoles de l’une des six branches de la philosophie hindoue. Cette branche particulière appelée Uttara Mimansa, tire son enseignement de la dernière partie du gigantesque corpus de textes sacrés appelés Vedas. ».

Deux autres sources s’ajoutent aux inestimables Vedas, la Bhagavad Gita et le Brahma Sutra.

L’advaita fait partie des traditions non-duelles :

« Nous faisons l’expérience de nous-mêmes comme de personnes distinctes et séparées dans un univers d’objets. Selon l’advaita, malgré la dualité apparente dont nous faisons l’expérience, la réalité est en fait non-duelle. Cette réalité non-duelle est appelée Brahman. A vrai dire, nous sentons effectivement que nous sommes autre chose que notre corps ou notre esprit. L’advaita appelle Atman notre soi essentiel, qui est au-delà de notre corps et de notre esprit. Et il enseigne que cet Atman est Brahman, qui est non-duel. »

Karma, réincarnation, libre arbitre, mythia, satyam, adhyasa, maya… sont quelques-uns des concepts abordés dans ce livre, définis clairement pour nous inviter à distinguer les niveaux de réalité et, finalement, saisir que nous sommes la Conscience même.

Dennis Waite analyse de manière succincte les diverses « voies » de réalisation. Il note qua tant qu’un individu se vit comme « séparé », une voie formelle reste nécessaire. Une quadruple qualification s’impose faite de discernement, d’absence de passion, de discipline et de désir de libération.

         « Le point fondamental que nous devons comprendre, prévient Swami Dayananda (qui est probablement le plus grand enseignant vivant de l’advaita à l’heure où j’écris ces lignes), c’est qu’il n’y a pas de « Soi intérieur » dont il faille faire l’expérience au-delà ou à l’intérieur de toutes ces enveloppes. Nous sommes cet Atman tout le temps, indépendamment de la vue erronée que l’esprit pourrait adopter. Rien n’est jamais vraiment « caché ». »