1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Ce livre fut édité pour la première fois en 1995. Il ressort aujourd'hui suite aux événements du 11 septembre 2001 avec une nouvelle préface de l'auteur, Martine Gozlan, grand reporter à Marianne, spécialiste du monde arabe et de l'Islam.

Elle nous fait plonger dans l'hypercomplexité de la nébuleuse islamiste depuis les années 30 en Egypte où elle prend naissance et décrit l'histoire tumultueuse de ce mouvement qui ne cessera de s'étendre. Martine Gozlan, dans les premiers mots de son introduction, explique sa démarche, sa méthode et ses objectifs :
"L'intégrisme islamiste, par sa nature et son ampleur, nous sidère. Aussi a-t-on coutume de céder, face à lui, au vertige de l'inexplicable. Ses propagandistes ne le savent que trop : leur but est de faire régner, partout, la confusion mentale. Les intégristes brouillent les pistes avec la même ardeur que les antennes paraboliques, symbole honni des liaisons planétaires. Ils communiquent par l'excommunication, l'anathème, la fatwa, décision d'un seul individu érigée en décret universel. L'incompréhension suscitant l'incompréhension, ils se meuvent avec aisance dans un univers dont les clés nous échappent. Depuis son irruption sur la scène politique internationale, l'intégrisme est perçu comme un chaos. On en recueille chaque jour les témoignages les plus tragiques. [...] si les drames continuent à s'accumuler en terre d'Islam, voire à menacer davantage le sol français, nous ne pourrons pas dire " Nous ne savions pas " : pas un acteur ne manque. Il se peut, en revanche, que le mythe continue à obscurcir la réalité, que la fascination et la peur finissent par interdire l'analyse. Or l'intégrisme n'est pas une monstre jailli du néant. Il possède son cheminement, son scénario, ses raisons. Il sait manipuler les textes, les hommes et les situations. Pour le comprendre, il faut interroger les sources auxquelles il prétend se référer, les circonstances dans lesquelles il surgit, les obsessions qui l'habitent. Tel est l'objectif de ce livre."
Objectif incontestablement atteint avec une grande intelligence. L'auteur distingue l'Islam de l'intégrisme islamiste, pointe le détournement des textes sacrés, démontre en quoi l'intégrisme est une déviance. Un seul reproche, peut-être l'objet d'un autre travail, la responsabilité de l'Occident, les erreurs, les aveuglements, les stigmatisations, politiques économiques et culturelles, ne sont pas clairement énoncées. Or, pour que l'intégrisme islamiste ne soit pas une fatalité, il nous faut aussi démontrer que notre bêtise et notre arrogance ne sont pas, elles aussi, des fatalités.