1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Voici un livre que nous vous conseillons, il traite d'un sujet qui quitte rarement l'oralité pour le papier, celui des "secrets" des Panseurs. Dominique Camus a recensé nombre de paroles et de gestes de guérisseurs, tant pour les humains que pour les animaux.
Traditions de nos campagnes qui se transmettent de génération en génération malgré l'avancée de la cité.

Nous entrons ici dans le domaine de la foi et de la rencontre :
"De même ne doit-on pas croire que les Panseurs de secrets - ainsi appelés parce qu'ils pansent les affections de leurs patients en débitant mentalement ou à voix basse une formulette dont ils préservent soigneusement la connaissance - tiennent leur talent d'une quelconque élection due aux circonstances de leur naissance ou d'un enseignement acquis durant un parcours initiatique. Leur aptitude leur provient tout simplement de la cession d'un Don comprenant le rite guérisseur afférent à une maladie particulière et les règles de son usage (l'obligation de le mettre en úuvre à la demande, de ne pas en faire commerce, de le transmettre le moment venu et bien sûr de ne pas le divulguer d'ici là). Ce qui compte avant tout c'est que la chaîne thérapeutique perdure et que la filiation instaurée par l'obligation de legs entre les générations antérieures, actuelles et futures réaffirme l'efficacité de ce type de cure."
Les Panseurs suivent des règles et des rites scrupuleusement :
"En définitive, la séance de Pansement de Secret est l'affirmation d'une volonté qui entend déclencher automatiquement l'effet attendu au travers de paroles et de mouvements minutieusement agencés. Dans un tel cadre où les premières ordonnent et où les seconds commandent, il est sans équivoque stipulé qu'il s'agit là bien plus qu'un simple acte thérapeutique : que nous avons à faire à une véritable lutte entre les Forces du Bien et celles du Mal.
C'est pourquoi le mot est meurtrier par l'injonction sans appel qu'il énonce mais également par son graphisme, la majuscule indiquant et appuyant les points forts de la diction, lesquels sont des verbes qui spécifient les résultats escomptés ou les efficientes vertus des puissances qui ne manqueront pas de les entraîner.
C'est aussi pour cette raison que la syntaxe de ces formules est si particulière. Peu importe l'inintelligible et l'étrange (ne sommes-nous pas dans le monde mystérieux du magique) car par le débit oratoire (même muet) qu'il occasionne, il s'agit avant tout de débusquer, traquer, agresser et pourchasser l'ennemi afin qu'il n'en réchappe pas. A cet égard, le geste, notamment le signe de la conjuration qu'est la croix, intervient comme une ponctuation assassine, rendant visible les moments forts de l'assaut et ses conséquences."