images/livres/Les-enseignements-secrets-de-Martines-de-Pasqually.jpg

Editions Amici Librorum

Cette réimpression de l’édition de 1900 publiée par Chacornac inclut une Notice sur le Martinézisme & le Martinisme attribuée à René Philippon. 

Franz Xaver von Baader (1765-1841), philosophe, théologien, théosophe, ésotériste, qualifié parfois de « romantique contre-révolutionnaire » mais aussi de « philosophe du futur », s’inscrit par bien des aspects de sa doctrine dans le courant illuministe, dans les pas de Boehme ou Swedenborg. Il étudia particulièrement les écrits de Louis-Claude de Saint-Martin.

Il tenta dans son œuvre très riche de rétablir l’alliance entre science et religion, entre philosophie et théologie, entre raison et foi. Il fut un grand lecteur de Maître Eckhart qu’il contribua à faire connaître en le sortant de l’oubli.

Très proche de la pensée de Jacob Boehme, il insiste toutefois davantage sur certaines dimensions comme celle de la Sophia. Tout comme Martinès de Pasqually, il prend en compte le thème des chutes successives et envisage particulièrement le ternaire eau – feu – terre.

Sa vaste érudition et sa pertinence de pensée rendent son témoignage sur les enseignements de Martinès de Pasqually toujours intéressant malgré les nombreuses études publiées sur le sujet depuis lors et l’accès facilité aux archives d’époque. La proximité temporelle lui fait partager et comprendre le modèle du monde martinésiste et sa complexité. Il porte un regard à la fois impliqué et distancié sur la scène ésotérique de l’époque et sur l’appropriation de ses mouvements par la société.

Très proche de la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin, Franz von Baader contribua à son rayonnement en Allemagne. Son œuvre globale déconcerte qui n’est pas familier de la culture ésotérique des XVIIIe et XIXe siècles, le rendant parfois suspect pour l’université, ce qui ne l’a pas empêché de développer une authentique et rigoureuse pensée philosophique. Il se disait lui-même « marchand de semences ».

Source: La lettre du crocodile 

VOUS AIMEREZ AUSSI

Haut