images/livres/symbolique-des-ultimes-grades.jpg

Irène Mainguy poursuit inlassablement et avec talent le décryptage symbolique de l’échelle des 33 degrés du Rite Ecossais Ancien et Accepté. Cette fois, elle se consacre aux trois derniers degrés du REAA :

Grand inspecteur inquisiteur commandeur, Sublime Prince du Royal Secret et Souverain Grand Inspecteur Général. Terminal de la Franc-maçonnerie écossaise, ces degrés sont parfois négligés car considérés surtout comme administratifs.

Cependant, ils sont avant tout initiatiques et permettent seuls de saisir, par un nouveau regard sur l’ensemble des degrés, la tradition écossaise telle qu’elle est préservée dans le REAA. L’ensemble est bien entendu organisé autour de la symbolique du Temple de Salomon, également Temple de l’Homme à réédifier et Temple de l’Esprit. Cette symbolique ne doit pas rester prise dans un jeu intellectuel, voir philosophique, brillant. Elle porte en elle les opérativités de la réalisation de ce Temple. Cette dernière classe présuppose que l’initié a réalisé l’importance de cet enseignement, l’a décrypté et l’a mis en œuvre. Il peut désormais le transmettre.

 

Chacun de ces trois grades est longuement présenté, détaillé, analysé par Irène Mainguy afin que le lecteur puisse se saisir des multiples possibilités offertes par les symboles. Elle étudie ainsi la symbolique des décors, des cérémonies, des instructions… Elle explore les thèmes, les mythes, identifie les valeurs, approche l’arithmosophie particulière au REAA qui se développe depuis le grade d’Apprenti. La lecture alchimique de cet ensemble est intéressante pour envisager une alchimie interne liée à la symbolique de la reconstruction du Temple. De ce point de vue, ce livre intéresse tous les rites écossais. Le recours à l’hébreu, lui aussi, étend les perspectives symboliques et contribue à la saisie des opérativités inscrites dans les mythèmes. Les différentes interprétations possibles, loin de se contredire, favorisent un dialogue d’approfondissement de niveau logique en niveau logique, jusqu’au couronnement.

« Parvenu au grade le plus élevé de la hiérarchie initiatique, le Sublime Prince du Royal Secret reçoit une couronne d’or pour être consacré Souverain Grand Inspecteur Général. La remise d’une couronne est une marque de légitimité mais aussi de récompense. Ici, elle concrétise un accomplissement temporel et spirituel. Désormais, le Devoir de celui qui l’a reçue est d’éclairer et de rayonner, de Malkût, la couronne du royaume humain, à Kether, la couronne suprême du royaume d’en haut qui témoigne de la réception de la puissance céleste et de son accomplissement, symbole de la sagesse suprême. On peut supposer que toutes les personnes investies de ce degré ont le dévoilement de la plus haute sephira : Kether, la couronne du sommet de l’arbre de la Kabbale. Celui que l’on appelle « Adepte », est l’initié parvenu au 33e degré, désormais devenu apte à relier les deux couronnes, du concret à l’abstrait, du matériel au spirituel. »

Nous observons bien le processus initiatique qui conduit de la dualité à la non-dualité puis le retournement qui permet d’inscrire la non-dualité au sein même de la dualité. Nous allons, nous dit Irène Mainguy de la coupe d’Amertume offerte à l’Apprenti, à la coupe de la Connaissance, un même mythème vécu différemment aux deux extrémités de l’échelle des degrés du REAA.

Ce superbe travail vient clore une série d’ouvrages d’éclairage et d’approfondissement de chacune des étapes offertes par le REAA, qui recèle un véritable trésor initiatique, sans cesse à redécouvrir et, surtout, mettre en œuvre.

 

Source: La lettre du Crocodile

VOUS AIMEREZ AUSSI

Haut