images/livres/inscriptions-runiques.jpg

Hathuwolf Harson rassemble dans ce livre le fruit de trente années de recherches en magie runique. Il n’est pas question ici de divination.

« La divination, précise-t-il, cherche à connaître le futur, alors que la magie tente de l’influencer, de corriger l’avenir. »

Les runes sont le résultat d’un processus rituel qui confère la dimension magique aux signes. « Il faut savoir, nous dit Hathuwolf Harson, comment les tailler, les interpréter, les peindre, les mettre à l’épreuve, les invoquer, les sacrifier, les offrir et les effacer. »

L’ouvrage commence par une histoire générale des inscriptions runiques qui permet au lecteur de prendre conscience de la forte signification d’un héritage :

« C’est dans les méandres voilés d’un passé oublié que le chaos puise ses forces. A chaque oubli, c’est une identité sacrée qui meurt. En étudiant les inscriptions runiques, nous renouons en quelque sorte avec une partie de notre mémoire collective. Mémoire et pensée sont les moteurs d’une communauté qui se ressource auprès de ses racines les plus authentiques. »

Hathuwolf Harson réfléchit ensuite aux méthodologies qui conduisent aux inscriptions magico-religieuses à partir de quelques exemples anciens dont de magnifiques fibules. On s’aperçoit que les supports utilisés étaient très variés : la pierre bien sûr mais aussi le bois, les os, les métaux… Les magies développées étaient liées à l’activité humaine au quotidien. Elles sont relatives à l’amour, à la guerre, à la fertilité, à la santé… Mais, les runes isolées doivent être abordées sous l’angle symbolique. Ce sont des « runes-concepts ». En liant plusieurs runes entre elles, leurs pouvoirs symboliques sont associés.

La magie des Futharks consiste à graver un alphabet runique dans son ensemble selon un ordre choisi déterminant la portée de cet acte magico-religieux, sans doute en lien avec les cosmogonies et mythologies germano-nordiques.

Les runes ont aussi une fonction profane. Ce peut être une marque de propriété, une inscription funéraire, un message personnel, une commémoration historique…

L’ouvrage se termine par un chapitre consacré aux inscriptions runiques chrétiennes. Celles-ci peuvent être purement chrétiennes ou pagano-chrétiennes c’est-à-dire masquant un enseignement païen sous une apparence chrétienne.

Hathuwolf Harson remarque l’influence importante de la culture romaine sur le développement du système des runes. Les peuples germains furent fascinés par l’Empire romain et ses richesses. Ils s’approprièrent des supports romains qu’ils transformèrent par leur talent artistique. De même, la christianisation forcée, entraîna la disparition des inscriptions runiques non-chrétiennes. Selon les régions, l’Eglise se montra plus ou moins tolérante. Cependant, il reste pe d’inscriptions runiques païennes, la grande majorité est d’expression chrétienne ou profane. Hathuwolf Harson clarifie l’histoire de ces inscriptions qui sont souvent fantasmées.

L’ouvrage, de très belle facture et ornée de superbes illustrations en couleur ou en noir et blanc, s’appuie sur l’histoire et l’archéologie pour restituer aux runes leur place dans les traditions magiques germano-nordiques. Texte  : La Lettre du Crododile.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Haut