1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
The Watan Origin. La géopolitique au regard de la science

Dans l’esprit novateur de la revue Planète, Philippe Marlin observe la décomposition planétaire comme une opportunité de faire émerger un nouveau paradigme replaçant la nature et l’être humain au centre d’un projet de civilisation plus respectueux de l’un comme de l’autre.

Lucide sur l’état de la planète comme sur les perversions humaines, Philippe Marlin fait toutefois le pari de la créativité de l’esprit humain. Alors que les sciences quantiques approchent les principes des grandes métaphysiques non-dualistes, qu’une révolution scientifique sans précédent s’annonce, affectant tous les secteurs, il propose d’abord de prendre conscience des enjeux afin de choisir quel monde, ou quels mondes, nous voulons.

Ce texte fut rédigé dans le cadre des Portes de Thélème 2016, association des amis de l’écrivain Jean-Charles Pichon, penseur éminent, trop méconnu. Il sera enrichi ultérieurement d’autres travaux.

Dans une première partie, il fait le point sur l’état de la planète : le rôle du couple Chine/USA, l’Europe en panne, l’Afrique étouffée, l’Amérique du Sud qui ne prend pas sa place, la Russie arcboutée sur le projet impérialiste, un Moyen-Orient dangereusement morcelé. Il aborde les grandes menaces, terrorisme, déséquilibre planétaire et pose la question de la problématique extra-terrestre.

La deuxième partie étudie le thème de la fin de civilisation, volontiers rabâchée sur le mode catastrophique. La popularisation des thèmes apocalyptiques, la faillite des Etats-nations, la diabolisation de la finance, les populismes, les contractions stériles du politiquement correct, la multiplication des absurdités normées, le déferlement conspirationniste sont autant de signes des incertitudes d’un monde sans projet civilisationnel.

La troisième partie dresse un panorama, partiel bien sûr mais significatif des déterminants d’un changement favorable, des éléments qui font sens. Par exemple, Philippe Marlin note la permanence des valeurs qui furent développées par le mouvement hippy dans les années 60, le développement d’une nouvelle ruralité, l’explosion des thérapies alternatives, du bio, l’expérimentation de nouvelles formes de finances, les monnaies alternatives, l’émergence de mouvements populaires ou politiques d’une autre nature, la recherche d’un nouveau rapport au divin, dépouillé des dogmatismes traditionnels, les possibilités nouvelles offertes par l’intelligence artificielle et l’espace, l’exploration de la conscience…

Point important, à plusieurs reprises, Philippe Marlin nous rappelle l’importance du rapport que nous entretenons avec le livre, qu’il soit grimoire ou texte contemporain sur tablette. Il s’agit bien de la trace dont le sens peut découler.

Cet ouvrage constitue une introduction à un questionnement nécessaire, voire vital. Trop de gens dorment ou rêvent au lieu d’être présent à ce qui est et de songer. Nous sommes « pensifs » dirait Louis-Claude de Saint-Martin quend il faut être « penseurs ». Philippe Marlon nous invite à remonter nos manches et activer nos neurones.