Hadewijch d’Anvers et Marguerite Porete: la mystique féminine au XIIIème siècle

Nous sommes en 1310, soit quatre années avant l’exécution de Jacques de Molay : une vieille dame monte sur un bûcher érigé tout spécialement pour elle en place de Grève à Paris. A ses pieds, dans la paille, ont été jetées pêle-mêle les reproductions de son ouvrage "Le Miroir des Ames simples". Son nom : Marguerite Porete. Sa profession : béguine. Son crime : évoquer de manière simple et directe son union à Dieu. Un chemin jugé comme trop "libre" et trop éloigné de la doxa, imposée par les théologiens masculins de son époque. L’hérétique sera brûlée en place publique entourée de ses écrits "anathème"…

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
55:50
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
15 €
Achat en VOD / 15 €

A travers deux figures emblématiques* du XIIIème siècle, Hadewijch d’Anvers et Marguerite Porete, Jacqueline Kelen nous relate ici avec une fougue communicative "cet appel de Dieu" que ces femmes, béguines, ont ressenti au plus profond de leur être. Et comment, dans cette Europe du Nord, en plein moyen-âge, celles-ci ont tenté d’établir un modèle de société, mystique, loin de toute institution religieuse…

kelen hadewijch anvers 1kelen hadewijch anvers 2

Les béguines : un mouvement gênant..

Au fil de cet entretien, Jacqueline Kelen s’interrogera sur la nature proprement "masculine" ou "féminine" de cette tentative d’union à Dieu.

Ainsi, si les hommes ont une inclinaison naturelle à théoriser tout ce qu’ils approchent : le réel voire-même "l’Amour de Dieu", il semblerait que les femmes aient une approche moins conceptuelle, moins discursive et plus charnelle de cette question. Sensuelle même, osons le terme. Une approche directe, sans ambages, basée sur l’expérience et le corps. D’où la force, et la simplicité de leurs écrits qui s’inscrivent dans la continuation de ce que Hildegarde von Bingen nommait, un siècle plus tôt, "la docte ignorance".

Cette complémentarité entre mystique masculine et féminine a-t-elle évolué en sept siècles ?

Il semblerait que le monde actuel ressemble de plus en plus, à ce "monde moderne" que Georges Bernanos décrivait avec effroi comme "une conspiration contre toute vie intérieure". Cette "conspiration", invisible pour la majorité d'entre nous, mais dont quelques frémissements se sont faits entendre justement dans ces années 1310-1314, est-elle parvenue à estomper nos complémentarités féminines et masculines ?

Etes-vous d’accord avec l’affirmation de Jacqueline Kelen, selon laquelle "la mystique représente le couronnement d’une vie spirituelle" ?

Autant de questions, nombreuses et passionnantes, jalonant cette interview fleuve menée par François Lehn.


* notons qu’il aura fallu attendre 600 ans pour redécouvrir ces textes

Haut