1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
La mythologie hindoue

Après le tome I, consacré à Vishnu et avant le tome III, déjà attendu, consacré aux Déesses et divinités secondaires, le tome II étudie la fonction essentielle de Shiva dans la mythologie si riche de l’Inde.

Vasundhara Filliozat est archéologue, historienne, sanskritiste. Elle a choisi d’approcher Shiva en puisant dans l’immense patrimoine des mythes indiens. Ce sont vingt-cinq « jeux » de Shiva qui sont offerts au lecteur, histoires issues notamment des Purana mais aussi d’autres textes dont le Ramayana et le Mahabharata, sans compter les multiples traditions locales. Ces histoires servent d’abord à saisir la création de l’univers, le non-caractérisé, Shiva, et le caractérisé, Prakriti ou Maya, selon les approches. Shiva est inséparable de Shakti, « énergie », en ses multiples formes.

De manière très intéressante, Vasundhara Filliozat rappelle au lecteur que le mot « linga » a pour sens premier le « signe ». Dans le déploiement de la création, Shiva joue plusieurs rôles, prend différentes formes qui sont connues sous le nom de « lîlâ », « jeux ». Les vingt-cinq « jeux » de Shiva ont donné lieu aux différentes figurations du dieu dans l’art hindou. Vasundhara Filliozat précise : « Deux formes sont attribuées aux représentations de Shiva à savoir Sakala, « avec kalâ » et Niskala « sans kalâ ». Quand des formes de Shiva sont explicables en sculpture ou en peinture, Il est Sakala ; et quand elles sont non explicables, Il est Niskala, il est alors représenté sous forme d’un linga. »

Les jeux de Shiva sont illustrés par des photographies de représentations du dieu dans les temples du Karnataka, au Sud de l’Inde. Ils sont suivis des jeux des dévots de Shiva. Ce sont les poètes du Sud de l’Inde qui se sont emparés de ces thèmes qui montrent comment Shiva met à l’épreuve ses dévots pour vérifier leur engagement. Enfin, Vasundhara Filliozat nous présente les fils de Shiva, Ganesha, si populaire, dont l’histoire de la naissance est très variable selon les textes, et Skanda, également très vénéré.

L’ouvrage s’achève par un glossaire très utile.

Les histoires traditionnelles relatives qui mettent en scène Shiva, ou d’autres dieux, sont à la fois divertissantes et pleines d’enseignements, elles ont nourri la littérature indienne, la danse, le théâtre, la musique, la peinture, la sculpture. Avant d’en étudier la portée métaphysique, il semble nécessaire de s’imprégner de ces mythes encore très vivants aujourd’hui tels qu’ils sont proposés à tout un chacun. Si plusieurs niveaux de lecture sont possibles et même indispensables, la lecture la plus simple, ce que nous disent immédiatement ces histoires, avant toute interprétation, constitue déjà un apport inestimable.