1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Joseph de Maistre. Prophète du christianisme transcendant

Joseph de Maistre (1753 – 1821) est une figure de l’illuminisme trop souvent encore ignorée. Avec cet ouvrage, Jean-Marc Vivenza introduit le lecteur à l’œuvre riche et complexe de Joseph De Maistre.

Franc-maçon, Joseph de Maistre fut membre du Régime Ecossais Rectifié de Jean-Baptiste Willermoz jusqu’en 1792. La pensée de Joseph de Maistre se déploie à la croisée de diverses influences, notamment Louis-Claude de Saint-Martin, Jacob Boehme, Swedenborg ou Eckartshausen mais aussi Clément d’Alexandrie et Origène. De 1803 à 1811, il est à Saint-Pétersbourg où il se mêle aux Francs-maçons russes dont le prince Alexis Galitzine qui fait partie des « étudiants » de la doctrine de Louis-Claude de Saint-Martin.

Ayant dû fuir la Révolution française, il eut une certaine aura dans les salons contre-révolutionnaires et demeure encore aujourd’hui un auteur qui intéresse les milieux traditionnalistes contre-révolutionnaires.

Connu pour ses célèbres Soirées de Saint-Pétersbourg, œuvre de fin de vie, son ouvrage principal, qui synthétise une pensée très cohérente, reste le Traité sur les Principes.

La sélection de textes opérée par Jean-Marc Vivenza emprunte beaucoup aux Soirées de Saint-Pétersbourg, pour traiter des thèmes de l’illuminisme, du christianisme transcendant, de la prière, du mal et de l’ordre divin. Mais, nous trouvons aussi dans ce recueil d’autres textes comme Essai sur le principe générateur des constitutions politiques, daté de 1809, qui aborde notamment la question du dogme et de la foi. Du Pape, un texte de 1819, traite des fonctions papales, temporelles ou intemporelles et de la place des Papes dans la construction spirituelle de l’Europe.

Jean-Marc Vivenza insiste sur un texte publié en 1810, en marge des Soirées, intitulé Eclaircissements sur les sacrifices, qu’il considère comme « le cœur de la pensée maistrienne, en tant qu’exposé fondamental et essentiel, sans doute le plus abouti et le plus précis, de la doctrine anthropologique et théologique de Maistre, doctrine fondée sur l’expiation, la délivrance du mal, l’innocent payant pour le coupable, et la Rédemption par le sacrifice de la Divine Victime. »

Distinguant, comme Origène, la Rédemption générale de la rédemption particulière des Martyrs, Joseph de Maistre en note le caractère universel, parfois maladroit dans certaines formes traditionnelles du paganisme mais qui pointent finalement toujours vers la possibilité d’une Réintégration. Il veut rendre vivant le mystère en redonnant au dogme sa fonction, celle-ci n’étant jamais « raisonnable » puisque relevant d’un autre ordre, divin, le dogme se faisant écho d’une transcendance.