L'art de Mithilâ hier et aujourd'hui

Martine Le Coz est une femme qui sous couvert d’une apparente fragilité, témoigne d’une grande détermination !

Son ambition : faire connaitre l’art du Mithilâ et conserver sa tradition exclusivement féminine.

Ancien royaume de Videha, situé au nord est de l’inde, et actuelle région du Bihar, cette région a connu un passé prestigieux : Gautama Bouddha y aurait tenu des enseignements et les Upanishad y auraient, pour partie, été rédigés. "Une terre imprégnée par le tantrisme" nous dit Martine Le Coz….

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
32:11
Je m'abonne
À partir de 12 € / mois
15 €
Achat en VOD / 15 €

Ces femmes peignaient en état yogique

L'art de MithilâPeinture de Madhubani

Originellement, ces femmes peignaient sur les murs. Ce que les occidentaux perçoivent comme un "art du remplissage" n’est en fait ni un art pour enfant, ni un art décoratif.

Pour Martine Le Coz (et les différents mécènes français, allemands, américains qui soutiennent cet art afin de l’éloigner autant que possible des marchands, exclusivement masculins…), cet art mérite d’être protégé pour trois raisons.

La première, c’est parce qu’il constitue un trésor vivant. La seconde : il constitue une des rares ressources économiques locales. Et la troisième, c’est que c’est le seul moyen pour ces femmes de gagner un peu d’autonomie.

Les motifs témoignent de la caste de la peintre

L'art de MithilâPeinture de Madhubani

Souhaitez-vous ainsi découvrir la dimension spirituelle de l’art du Mithilâ et notamment la hiérarchie de ce "panthéon chamanique", qui selon la caste de la peintre, il lui est "autorisé", selon cette tradition millénaire de représenter, par ordre décroissant : dieux, héros, animaux… ou pierres… !

Un exposé passionnant enregistré au centre Tapovan (Seine Maritime) que nous remercions.

Haut