Une initiative qui prit la forme d’un pavé dans cette calme marre. Et à la suite de laquelle une foule de jeunes gens s’engouffrèrent : Matthieu Frécon et les parents de Guillaume Attewell en furent les témoins privilégiés ...

frecon jean dubuis LPN 1frecon jean dubuis LPN 2

De quel message la Nature est-elle porteuse et en quoi celle-ci intéresse-t-elle tant ces « philosophes-alchimistes » ?

Le projet des LPN était triple : premièrement il s’agissait de faciliter la diffusion d’un certain nombre de textes clés trop souvent accaparés par une élite de haut-grades de certains cénacles ésotériques. Cénacles que Dubuis avait bien connus, par ailleurs.
En second lieu, ils souhaitaient organiser des ateliers - conférences hors de toute pratique rituellique. Une démarche diamétralement opposée, donc, aux nombreuses structures pyramidales, ou concentriques, plus ou moins sectaires. Chez les LPN : pas de « cercles intérieurs », ni de « figure centrale », de type gourou.

frecon jean dubuis LPN 3frecon jean dubuis LPN 4
Et en troisième lieu, Dubuis avait à cœur d’injecter un « sang nouveau » dans les champs d’études de la kabbale, de l’alchimie minérale ou végétale. Cela en ouvrant la voie à des auteurs encore peu étudiés en France : britanniques comme Dee, Fortune, Mathers ; ou allemands, comme Scholem, von Bertus et l’incontournable Paracelse.
Souhaitez-vous découvrir l’histoire et le résultat de cette initiative toute-à-la-fois ambitieuse et libertaire qui incitait tous ses élèves à, systématiquement, vérifier par eux-mêmes tous les dogmes et passer au fil de la praxis toutes les théories ?