5 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
La mythologie hindoue

Tome I, Vishnu par Vasundhara Filliozat, Editions Âgamât.

Archéologue et historienne, Vasundhara Filliozat œuvre au rayonnement de la culture indienne en Occident en mettant à notre portée des textes ou des enseignements fondamentaux de l’Inde traditionnelle. Elle a notamment publiée chez le même éditeur les  précieux Eléments de grammaire sanskrite.

Ce premier volume est consacré à Vishnu, l’un des trois dieux de la triade  Brahma, Vishnu, Rudra, manifestation première de l’Être suprême dont rien ne peut être dit. La mythologie de l’Inde, d’une richesse infinie, met en scène les relations entre la terre des hommes, le ciel des dieux et un monde intermédiaire peuplé de génies, de l’indifférencié à l’indifférencié en passant par les cycles de création, protection, destruction des formes et phénomènes. Les dieux, inséparables de leur Shakti qui sont leur puissance.

Dans l’Inde populaire, précise Vasundhara Filliozat, où le courant de la dévotion, la bhakti, l’emporte, c’est la triade Vishnu, Shiva, Shakti qui s’est imposée. Le courant dévotionnel qui a nourri la plupart des grands mythes et des créations artistiques se diversifie en trois classes, shivaïsme, vishnuisme, shaktisme.

La bhakti est un courant d’une vivance extraordinaire au quotidien qui imprègne toute la culture de l’Inde. C’est une part de ce trésor mythologique à laquelle nous introduit Vasundhara Filliozat à travers les histoires de Vishnu, de ses dix incarnations et des personnages qui lui sont attachés. Un second volume sera consacré à Shiva lui aussi grand habitant de la mythologie au contraire de Brahma qui a suscité moins d’histoires.

Chaque incarnation de Vishnu est présentée à travers une histoire mythologique qui la révèle et illustrée par un choix d’images puisées dans la grande variété iconographique des temples. La compréhension des mythes est facilitée par l’explicitation des termes sanscrits.

Il existe de nombreuses variantes de ces mythes véhiculés en général par les puranas sous la forme de dialogue entre un sage et ses disciples. Les  puranas, dont l’importance est égale à celle des vedas même s’ils sont plus abordables que ces derniers, évoluent avec le temps et les événements. Vasundhara Filliozat ne croit pas toujours pertinent de chercher à analyser les contradictions et invite le lecteur à se laisser porter par ces histoires fabuleuses : « non seulement, dit-elle, on se sera diverti ; mais en même temps on recevra une instruction morale. Le but de l’invention des mythes qui est d’instruire la société sera atteint ».

Ce livre est aussi une opportunité de mieux comprendre l’Inde toujours irriguée par les traditions orales multimillénaires.