1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Le Temple de Salomon de Xavier Tacchella

Collection Les Symboles maçonniques, MdV Editeur.

Xavier Tacchella, à qui nous devons l’indispensable ouvrage intitulé Signification des mots hébreux en Franc-maçonnerie, réalise une excellente synthèse sur le Temple de Salomon basée sur le référentiel kabbaliste.

En fin d’ouvrage, l’auteur pose la question : « Que serait la Franc-maçonnerie sans le Temple de Salomon ? » à laquelle il répond en ces termes :

« Symbole emblématique de la Franc-maçonnerie, le Temple de Salomon est l’essence même de toutes les légendes maçonniques. Il en est l’inspirateur comme le but. Il est tellement présent qu’il est parfois source d’erreurs d’interprétation. »

C’est pourquoi Xavier Tacchella livre au lecteur une organisation de pensée pour investir le Temple de Salomon, symboliquement et opérativement afin de reconstruire le Temple.

« Comme l’explique Jean-Baptiste Willermoz, nous rappelle l’auteur, en recevant la lumière le profane devenu Apprenti passe de l’entrée du parvis à la partie de celui-ci la plus proche du Temple, appelée le Porche ou Oulam. C’est là que nous travaillons. Au quatrième grade du Rite Ecossais Rectifié, le Maître Maçon est reçu sur les ruines du premier temple. C’est là que le Martinisme prend son essor mais le Maçon, comme son nom l’indique, se limite à la construction.

Mais quelle construction !

La réédification mystique du Temple intérieur en vue de la création d’une société idéale, une société de Frères ! »

Xavier Tacchella commence son travail par l’étude des données bibliques sur le Temple puis des données historiques avant d’aborder sa symbolique : les parvis, la mer d’Airain, l’Oulam, le Hekal avec la Ménorah, la table des pains de proposition, l’autel des parfums, le Debhir ou Saint des Saints et l’Arche d’Alliance…

Il évoque le Temple de Salomon comme représentation du corps de l’homme appelé à une divinisation glorieuse.

« Aborder le Temple, dit l’auteur, c’est comme se préparer à une nouvelle Création :

Tout comme le dit le Bereshit de la Genèse :

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

Or la terre n’était que solitude et chaos ; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.

L’Oulam où nous séjournons correspond aux eaux primordiales, nous sommes en gestation, nous nous préparons à naître au nouveau monde. Comme un fœtus se développe dans le sein de sa mère, le Maçon se développe au sein de la Loge jusqu’à atteindre la perfection.

Parfaits, nous évoluerons dans le Hekal, sur la terre nourricière et, à la fin de notre séjour, nous pénétrerons dans le Saint des Saints, les cieux demeure des Dieux. (…)

C’est pourquoi nous nous réunissons dans le porche et non dans le Temple. Celui-ci n’existe pas encore. Il n’existera que le jour de la pose de la dernière pierre.

Ce jour-là l’édifice deviendra Temple, ce jour-là, le lieu sera sacralisé.

Jusqu’à ce moment, il ne sera que chantier. »

L’étude des noms hébreux et de la valeur des lettres introduit à une connaissance du Temple de Salomon en rendant vivant le symbolisme du Temple et de ses différentes parties.