1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

d’Andrew Fabriel, Maison de Vie Editeur. Les « Loups passants » constituent l’une des confréries de bâtisseurs les plus intéressantes. Elle laissa son empreinte discrète mais prégnante sur l’art des Bâtisseurs. Inscrits dans la traditionnelle alternative nomade, ces « loups passants » respectaient les Devoirs de Liberté.
Ce livre veut faire revivre leur enseignement à travers un échange entre plusieurs frères rassemblés, après la célébration du rite, en un banquet, temps de la circulation de la parole.

Les paroles des frères sont rassemblées par thèmes ou questionnements : Un chemin de lumière – Eveil ou ténèbres ? – L’or alchimique – Matière première et orient – Le temple nourricier – Le verbe lumineux – L’enseignement des étoiles – D’une rive à l’autre – Le rayonnement de l’œuvre – A l’orient du monde – Entretiens dans la montagne – A l’ombre des arbres : les devoirs de liberté – Faire symbole – La communauté d’esprit – Le chemin de l’offrande – Au cœur de la pierre.
Revenons sur les devoirs de liberté :
« La pratique de la liberté implique un vécu rituel. Lorsque l’on chemine sur la voie initiatique, notre principal devoir est de vivre la Règle qui libère ; l’humanité est une terre d’exil où la liberté fut perdue. Par la Règle, le paradis est retrouvé.
La joie d’être se construit et se nourrit de vraie liberté, celle qui s’accomplit en créant une œuvre communautaire.
Être libéré, c’est passer par une série de mutations, se détacher de liens qui nous emprisonnent ; la conquête de la libération se fonde sur le courage de vivre l’initiation, quelle que soit l’époque.

Le seul être totalement libre est l’être de communauté, car il est lié à l’univers entier. Construit par le Verbe et la lumière, il est cohérence et puissance de création. La liberté n’est pas l’indépendance, mais libération et détachement. Elle implique une harmonie avec le ciel. Qui veut sauver sa vie la perdra, qui saura se détacher lui-même contemplera les étoiles.

Nous désirons une libération vers le haut, une libération qui se construit, comme l’échelle reliant la terre au ciel. Plus nous multiplions nos liens avec le cosmos et avec les diverses formes de vie, plus nous sommes libérés… »
Le rapport entre le dire et le bâti est subtil. Inscrire l’essentiel dans la pierre permet une parole directe, sans mots, qui donne le pressentiment du Réel.
« Vivre dans le mystère, c’est connaître une certitude qui rayonne d’elle-même. Un temple ou une cathédrale sont des certitudes, mais des certitudes composées de mystères qui élèvent l’âme vers la lumière, des êtres vivants qui ne se réduisent pas à une formule mathématique. Le temple ne veut rien prouver ; il témoigne d’une autre réalité, et ouvre un chemin. »

« L’art qu’il soit architecture, peinture, sculpture, musique ou écriture, demeure un outil fondamental pour transmettre l’essentiel. »
Les « Loups passants » aspirent à un art qui renoue avec le mystère, un art qui célèbre la Beauté et la Liberté, un art « à la dimension du mystère de la vie ».

Maison de Vie Editeur, 16 boulevard Saint Germain, 75005 Paris.