1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Prenant appui aussi bien sur les traditions spirituelles d'occident et d'orient que sur les diverses théories scientifiques (relativité, mécanique quantique...) l'auteur (directeur du zen center de Montréal) nous propose le fruit d'une vie de méditation, d'étude et d'expériences spirituelles.
Grâce à des outils conceptuels qui nous permettent de nous extraire du monde binaire (rempli d'oppositions et de vérités apparemment contradictoires : séparation matière et esprit, dualité être et connaître...), il nous aide à retrouver et à savourer la richesse du multiple, la complémentarité des choses et des êtres, la simplicité essentielle à œuvre dans la complexité...

La réflexion de l'auteur nous amène à reposer avec lucidité la question du réel, des relations entre la conscience et la réalité, de la place et de la fonction du moi, de la présence de l'autre, de la finalité de la vie.... Albert Low interroge avec profondeur et rigueur le sens et la valeur des choses, la réalité des expériences, la nature des ressentis, les fondements de nos croyances et identifications souvent sources de conflits entre les hommes.
Les sujets abordés mobilisent la vigilance du lecteur que celui-ci soit scientifique, chercheur spirituel, philosophe ou "simple" être humain au contact de la réalité immédiate. En aidant le lecteur à s'armer culturellement pour comprendre ce qui se passe et savoir agir, voire réagir, l'auteur espère ainsi contribuer à l'avènement d'une transformation des structures mentales qui régissent la société.
La qualité première de cet ouvrage réside dans le fait qu'il replace chaque être, chaque expérience au centre d'une vision globale, d'une expérience totale où le particulier, l'autre et le général participent d'une même réalité dynamique.
Quelques exemples suffisent à montrer l'enjeu et la valeur des sujets abordés : la blessure moi centre / moi périphérie, la "présence à" et "la présence en tant que", la fonction de l'intervalle, la naissance du point nul, la nature de centre, l'utilité de la métaphore, l'évolution de la conscience, les rapports entre violence et créativité, la nature et les relations entre l'Un et le Tout, les deux sens de la simplicité, la primauté de la manière de saisir sur l'expérience de la chose, l’importance de passer de la logique classique à une la logique de l’ambigüité, la confrontation entre les deux incarnations de l’Un.... Ces thèmes à priori ardus sont abordés à travers des exemples simples qui nous ramènent à notre expérience directe de cela à l'instant.
Les propos souvent déroutants obligent le lecteur à interroger les évidences souvent trompeuses car approximatives. Par exemple :
- « Nous ne pouvons pas être présents au monde.
- Il y a une ambigüité dont une face affirme la non-ambigüité, mais cette face elle-même n’est pas non ambigüe.
- Par être nous entendons « la réalité », et par connaître : « ce qui rend tout possible en tant qu’expérience ». »
Une lecture vigilante du propos permet au lecteur d’en dépasser la dimension philosophique et aide à percevoir la praxis qui y est liée. En effet, nombre d’éléments traités dans le texte mettent le doigt sur des questions auquel tout chercheur se trouve un jour ou l’autre confronté et auquel il doit trouver une solution par lui-même :
- « Le point nul émerge de la tentative de restaurer l’unité.
- L’Unité en tant que Tout s’efforce d’aller vers l’Unité en tant que Point Oméga, le centre dynamique d’une conscience universelle.
- Le sens n’est pas quelque chose d’ajouté à l’univers, ce n’est pas une propriété de l’univers, c’est le dynamisme même de l’univers.
- A l’échelle humaine, la coincidentia oppositorum fondamentale est moi centre / moi-périphérie ; c’est la source de l’élément créateur.
- La musique [qui aide à contenir l’ambiguïté] adoucit les mœurs.
- L’esprit se sent dépassé par lui-même, telle est la clé pour résoudre l’énigme de la créativité, de la spiritualité et d’Eros.
- L’impulsion qui sous-tend l’évolution n’est pas d’arriver au centre, mais de réabsorber le point nul qui est le centre de façon à ne plus être la périphérie. »
En construisant un pont entre les concepts scientifiques, expérience directe et les visions et expériences spirituelles de diverses traditions (zen soufisme, christianisme...) le propos démontre que l'en-jeu de la vie et de l'être n'est pas dans la défense de visions parcellaires qui s'opposent mais dans la vision, la saisie d'une réalité qui ne peut être reconnue que grâce à une participation active de chacun.
Une approche du réel qui s'adresse à tous, une expérience à vivre par chacun, par chaque Un. Un livre fondamental pour qui se pose la question de la nature du réel, de l'expérience et de l'être, pour qui fait de sa propre conscience l'outil d’appréhension de cela.