Bernard Jakobiak

Bernard Jakobiak est né à Lens dans le Pas de Calais, de père polonais et de mère française. Il a été instituteur à Loire, un village du Rhône. Puis il a fait des études de Lettres Modernes à Montpellier et a enseigné un an à Moutiers en Tarentaise, le temps d’aimer l’alpinisme… Il est allé enseigner 6 ans au Maroc avant de se sédentariser en Avignon avec sa femme et ses 4 enfants.

Et alors que tout semblait le destiner à une retraite studieuse dans l’écriture, il est devenu prêtre de l’Eglise orthodoxe de France, et il est chargé de la paroisse de la Théophanie à Montpellier et aussi de cours de théologie à Paris.

Dès l’enfance, le souci a été d’apprendre à regarder. Et la poésie, à l’âge adulte, est devenue une nécessité pour essayer de vivre. Elle a été, dès le début, "le plus ample informé".

L’autre révélation a été l’amour-feu de Cécile, son épouse.

Et le troisième coup de cœur a été pour les Cévennes, où ils demeurent le plus souvent.

Au Maroc, dans l’amitié, la complicité et le climat de fougue, la poésie a été vécue par lui dans un fanatisme prométhéen dans la revue « Souffles » avec Abdellatif Laâbi puis dans la revue « Barbare » où des « poèmes kilométriques » attendaient d’être assénés comme des coups de poing.

Cette poésie dont le manuscrit "éclats de révolte" est à paraître, n’a été ni prophétie viable, ni thérapie féconde. Elle a permis de vérifier que le révolté a du mal à passer les 40 ans, sans le secours de l’hôpital et des maisons de repos. En revanche, elle lui a permis permis d’accepter l’échec, jusqu’à prononcer et accepter l’absolument inattendu; « j’aime Dieu ». C’était en 1976, en Alsace, à Trois-Epis.

La poésie invite à tout dire. Ainsi a-t-elle contribué dès lors, à raviver le souvenir enterré depuis l’enfance : l’expérience mystique, personnelle, violente et inavouable dans un milieu athée, du mystère de la Lumière du Christ dans la Communion.

Toutes les vidéos de Bernard Jakobiak