1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

C’est dans sa quatre-vingt-troisième année que Jung entreprend de raconter ce qu’il appelle le mythe de sa vie, conscient que la mémoire, dont la fonction principale n’est pas de se souvenir mais d’oublier ou de transformer, est une réécriture permanente.

Ses « souvenirs, rêves et pensées » témoignent de la richesse et de la complexité d’une vie essentiellement intérieure car ici les événements sont d’abord les rencontres avec le conscient et l’inconscient.
Même si Jung, sans s’étendre, replace ces événements intérieurs dans un contexte extérieur, sa vie est un long voyage intérieure et une aventure dont il dira qu’elle est « l’histoire d’un inconscient qui a accompli sa propre réalisation ».
Il existe une chronologie de cette réalisation inscrite dans la chronologie des événements de sa vie professionnelle, sociale et familiale. Jung témoigne de lui-même. Le passage sur Freud est particulièrement instructif.
« Quand je regarde en arrière, je puis dire que je suis le seul qui, selon l’esprit, ait poursuivi l’étude des deux problèmes qui ont le plus intéressé Freud : celui des résidus archaïques et celui de la sexualité. L’erreur est très répandue de penser que je ne vois pas la valeur de la sexualité. Bien au contraire, elle joue un grand rôle dans ma psychologie, notamment comme expression fondamentale – mais non pas unique – de la totalité psychique. Mais ma préoccupation essentielle était d’approfondir la sexualité, au-delà de la signification personnelle et de sa portée de fonction biologique, et d’expliquer son côté spirituel et son sens noumineux, et ainsi d’exprimer ce par quoi Freud était fasciné, mais qu’il fut incapable de saisir. Les livres Psychologie du transfert et Mysterium Conjunctionis exposent mes idées sur ce thème. Comme expression d’un esprit chthonien, la sexualité est de la plus grande importance. Cet esprit-là est l’ « autre visage de Dieu », le côté sombre de l’image de Dieu. Les problèmes de l’esprit chtonien me préoccupaient depuis que j’avais pris contact avec le monde de l’alchimie. En somme, ces préoccupations avaient été éveillées au cours de cette conversation ancienne avec Freud, lorsque je perçus combien il était bouleversé par la sexualité, sans pouvoir cependant m’expliquer son saisissement. »
Le livre, accompagné d’appendice important, d’un glossaire et d’un index, permet de suivre la construction d’une pensée et d’une œuvre dont l’influence n’a pas encore atteint toute son intensité notamment par des aspects aussi puissants que les archétypes, de la nature même de la psyché et de la nature même du ou d’un réel.