1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Voici trois petits contes qui abordent la question de la relation maître-élève, de l’amour, de l’éthique et de l’inconditionnalité de la voie d’Hermès.

Véritables contes, on y croise, dragon, sorcier, princesse et autres, ces trois textes nous rappellent que l’alchimie est un jeu d’enfant.
« Dolphus passa le reste de la journée à nettoyer et à peser les cerises. Le soir était tombé et Maître Georgeus n’était toujours pas de retour. Alors Dolphus ne put résister à l’envie de mettre son nez partout. Il regarda les flacons, huma les pots à onguents, appréciant celui-ci, faisant la grimace sur celui-là. Et bien sûr, il monta sur l’échelle des étagères aux plantes. De là-haut, il pouvait voir s’aligner tous les pots de porcelaine bleus et blancs, marqués de grandes lettres gothiques noires décrivant leurs contenus par des mots magiques tels que Viscum Album, Calendula Officinalis… Quelle musique ! Dolphus fredonnait une chanson de sa composition, faite avec tous les mots qu’il lisait, quand il s’aperçut que sur la plus haute étagère manquait un pot. Là, entre Achillée et Alchémie, béait un trou. Il ne put résister à l’envie d’aller y voir plus de près. Il déplaça l’échelle, monta à pas de loup et plongea son nez dans l’ouverture noire.
Irrésistiblement, il se sentit attiré. L’ouverture était beaucoup plus grande qu’elle n’y paraissait. Il tenta de résister, mais rien n’y fit, et il tomba en avant en poussant un grand cri. Comme s’il avait passé un rideau, il se trouva projeté sur un épais tapis de mousse. A quatre pattes, le nez dans la verdure, il criait toujours quand il entendit une voix profonde :
- Il suffit ! Arrêtez donc de crier comme un cochon qu’on égorge, vous troublez ma sieste ! »

texte: Le Crocodile, http://lettreducrocodile.over-blog.net