1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Vous vous souvenez probablement des travaux de Nikola Tesla et de l'oeuvre remarquable de la Fondation Ark'all. Il y a aujourd'hui très peu d'informations en France sur les chercheurs qui poursuivent ce type d'investigation, c'est pourquoi ce livre est important.

Jeane Manning, journaliste canadienne, fait le point dans cet ouvrage sur les travaux des chercheurs en nouvelles énergies, sur les perspectives audacieuses qui s'offrent à nous, sur les résistances politiques et économiques aux énergies non polluantes et nous invite à soutenir un mouvement qui est vital pour notre planète comme pour l'humanité.
De nombreux chercheurs veulent rendre accessible et utilisable "l'énergie du point zéro, issue des fluctuations quantiques dans le vide de l'espace" appelée aussi "énergie de l'espace" ou "énergie libre".
Dans une première partie, l'auteur rappelle quels furent les pionniers, souvent restés dans l'obscurité, de l'énergie nouvelle et en premier lieu, Nikola Tesla, le père de l'énergie libre. Tesla a longuement travaillé à un concept de distribution d'énergie sans fil, mais aussi sur la résonance terrestre, et a construit des machines étonnantes comme sa turbine à ailettes. Les travaux de Tesla conduisent à une gratuité et à une totale accessibilité de l'énergie. On comprend donc qu'il se soit fait beaucoup d'ennemis et que ses travaux aient pu être occultés, détournés ou ridiculisés. Cependant, aujourd'hui, il y a un regain d'intérêt pour ses travaux. Mais si le nom de Nikola Tesla nous dit à tous quelque chose, d'autres innovateurs furent totalement ignorés ou presque, John Keely, pour une science atomique plus douce, Thomas Henry Moray, persécuté pour avoir repris les travaux de Tesla, Lester Hendershot et son moteur magnétique, Wilhelm Reich et le moteur à orgone, etc.
Puis Jeane Manning s'emploie à nous expliquer, la nature et les principes de l'énergie de l'espace, cet "éther en mouvement". Diverses théories furent rapprochées pour réactualiser deux idées en fait très traditionnelles, celles de l'éther et du vortex :
"Moray King n'est pas le seul scientifique en énergie de l'espace à penser que l'éther se déplace dans le mouvement rotatif d'une spirale. Le Dr Paramahamsa Tewari, en Inde, le pense aussi. Il dit que l'idée qu'il y aurait d'énormes niveaux énergétiques dans chaque centimètre carré de l'espace est fausse, à moins que cet espace ne tourne à une vitesse fantastique, " comme un vortex ". Il considère l'univers dans le même mouvement que celui du début de sa création, avec seulement quelques concentrations de matière ici ou là ú sous forme de galaxies, de systèmes solaires, de planètes et d'électrons."
Cette approche n'est pas éloignée de ce qu'implique la Géométrie traditionnelle de l'Intervalle.
Jeane Manning développe donc les conceptions qui découlent de ces présupposés et nous présente les inventeurs qui, aujourd'hui même, travaillent avec les technologies actuelles de l'énergie de l'espace : appareils sans pièces en mouvement, aimants permanents, appareils à aimants rotatifs, fusion froide, capteurs d'hydrogène, technologie thermique, énergie hydraulique écologique, et quelques autres encore.
Enfin, dans une dernière partie, l'auteur raconte les résistances et les violences auxquelles se heurtent ces chercheurs et ces inventeurs, orchestrées par le monde politique et les complexes militaro-industriels. Pourtant, il est très probable que ce sont de ces recherches parfois marginales, que dépend l'avenir de l'humanité.
L'ouvrage est doté d'un index, d'un guide des références et d'une liste très complexe des organisations, des institutions ou des mouvements, qui soutiennent ou financent de telles recherches sur l'énergie libre.
A lire sans aucun doute.

texte: Le Crocodile, http://lettreducrocodile.over-blog.net/