1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Ce livre de près de 700 pages constitue l'ouvrage de référence pour la compréhension de l'histoire et de l'évolution des compagnonnages en France au cours du XXe siècle.
François Icher, historien, a voulu montrer la complexité, la richesse d'un mouvement qui faillit disparaître au début du XXe siècle

Dans son avant-propos, l'auteur nous rappelle ce que sont "les compagnonnages" et pourquoi le pluriel est nécessaire :
"Tout d'abord qu'est ce que les compagnonnages ? L'expression désigne en premier lieu l'ensemble plus ou moins quantifiable d'hommes de métier - certains métiers - qui ont adhéré à un moment de leur vie à une association de formation professionnelle particulière, basée sur un principe séculaire, celui d'un tour de France des villes dans lesquelles les compagnons possèdent un siège, un lieu d'accueil et de formation, un réseau de sociabilité et de placement. Le terme recouvre ensuite les compagnons de ce même tour de France, en tant que groupes organisés, c'est-à-dire les sociétés qui agissent et parlent en leur nom. Pour ce dernier point, nous analyserons ultérieurement l'émergence, au sein de l'opinion dominante, de confusions récentes qui brouillent quelque peu l'image des sociétés compagnonniques, ces dernières découvrant ainsi l'intérêt d'une ouverture vers l'extérieur tout comme les enjeux d'une campagne de communication vis-à-vis d'un public peu informé sur la réelle identité du compagnonnage français. Cette détérioration des repères est due à l'apparition de quelques mouvements ou groupements qui se proclament d'eux-mêmes compagnonniques ou mettent en avant le terme de compagnonnage, revendiquant une filiation et un héritage que les mouvements compagnonniques traditionnels leur contestent."