images/livres/l-epee-de-moise.jpg

Ce traité est typique de la magie juive. En effet, sa mise en œuvre s’inscrit au sein même des prières juives quotidiennes.

L’origine pourrait être babylonienne, de l’époque de l’exil du peuple juif à Babylone, mais sa datation demeure difficile. Il semble relever de plusieurs influences, juives, gnostiques, égyptiennes. L’hypothèse la plus probable est celle d’une compilation de plusieurs textes, ajoutés au fil du temps pour devenir l’ensemble connu aujourd’hui à travers le MS Sassoon 290 de Genève qui rassemble 33 folios.

 

Le texte se présente en trois parties :

La première partie, bien structurée, vise à prendre le contrôle de l’épée par des adjurations basées sur des hiérarchies angéliques assujetties dans le cadre de l’alliance de Moïse avec Dieu. Nous retrouvons dans ces adjurations l’usage classique des permutations de lettres dans les noms divins. De nombreux noms de pouvoirs sont en araméen bien que le texte soit rédigé en hébreu. On note des influences babyloniennes et palestiniennes.

A noter l’existence d’un ange dénommé le « Messager Rapide ». Il « est assigné par Dieu pour communiquer les secrets et les mystères divins liés à l’Epée à l’homme qui l’utilise. ».

La deuxième partie consiste en une longue liste d’anges (près de 1800 noms). Sa fonction est incertaine. La présence de noms d’origine gréco-égyptienne, retranscrits en araméen laisse penser à une origine plus tardive.

La troisième partie, probablement plus tardive également, se présente aussi sous la forme d’une liste. Cette fois, ce sont 138 fonctions magiques qui sont réalisables par l’intermédiaire de l’Epée : guérison, exorcisme, mancie ou autres formes de magie. Cette partie est absente de certaines versions manuscrites antérieures au MS Sassoon 290.

Ce document à la croisée de plusieurs courants méditerranéens est intéressant du point de vue historique. Les étudiants de la kabbale ou de la magie opérative retrouveront une structure classique des rituels de magie juive ou gréco-égyptienne avec des particularismes qui parfois nous échappent.

Source: La lettre du crocodile  

VOUS AIMEREZ AUSSI

Haut