1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
La clé perdue. Les pouvoirs secrets des Francs-maçons

Et voici de nouveau Robert Lomas, qui aurait inspiré le personnage de Robert Langdon, créé par Dan Brown, avec un nouveau livre très personnel qui fait suite aux ouvrages à succès La clé d’Hiram, Le Livre d’Hiram, L’invisible Collège, Tourner la clé d’Hiram, La Science secrète de l’Initiation maçonnique.

Il y a du bon et du moins bon dans ces pages. Quelques rêves et quelques pistes, par exemple sur la Loge Kirkwall Kilwinning, sur l’expérience du Centre ou sur une dialectique entre science et initiation maçonnique. Le plus intéressant réside peut-être dans les témoignages apportés sur la genèse des ouvrages précédents et sur la présentation des recherches, rencontres, découvertes qui en ont produit la matière.

Le regard « quantique » porté par Robert Lomas sur certaines pratiques maçonniques ou certains projets maçonniques se révèle plutôt pertinent :

« La maçonnerie a réalisé qu’elle pouvait procurer trois choses :

  1. L’accès au monde platonicien des vérités symboliques, qui est créé par l’agrégation de toutes les observations intelligentes dans l’entièreté de l’espace-temps, et pas seulement par l’intelligence humaine.
  2. Une connexion avec l’esprit réuni de tous les observateurs de la réalité dans l’espace-temps.
  3. Un rituel et une méthode pour concentrer les intentions de l’observateur visant à créer un passé qui permettra à un esprit intelligent de développer une aptitude à réduire une fonction d’onde quantique.

Mais ce n’est pas ainsi que la Franc-maçonnerie décrit son enseignement. Elle enseigne que l’on peut accéder au monde platonicien de la vérité géométrique en étudiant et en utilisant les symboles. Ses rituels se nourrissent de la sagesse accumulée par tous les observateurs dans l’espace-temps et l’appellent l’Esprit du Grand Architecte. Elle enseigne encore que les individus peuvent obtenir des changements bénéfiques en se concentrant sur les besoins et les désirs des tiers et cette harmonisation délibérément positive des aspects principaux du monde rend la vie meilleure. La maçonnerie appelle cela devenir une partie intégrante du Plan divin du Grand Architecte. Ce qu’elle enseigne est parfaitement réel. Néanmoins, ses explications sont des mythes. Oui, la Franc-maçonnerie se transmet bel et bien « sous le voile de l’allégorie au moyen de symboles ».

Robert Lomas regrette non sans raison que la Franc-maçonnerie se soit abstenue d’une investigation systématique des mythes qui la fondent pour en trouver les clés opératives qui sont à la fois scientifiques et métaphysiques.

L’ouvrage intéressera plus particulièrement les lecteurs des ouvrages précédents.