1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Nouveau regard sur l’astrologie et l’homéopathie.

Le sous-titre de cet ouvrage est important, le retour de la pensée analogique. En effet, nous avons pu observer ces dernières années une prétention à une base scientifique de l’astrologie, prétention anti-traditionnelle dénoncée aussi bien par Robert Amadou que Denis Labouré. Chacun d’entre nous a rencontré des médecins homéopathes qui, en réalité, exercice une médecine allopathe avec des médicaments homéopathiques.

 Ce livre est une mise au point nécessaire sur les fondements analogiques de ces deux disciplines. En même temps, il crée un pont entre les deux.

 L’auteur, avec clarté et pédagogie, propose une explication du mode d’action de l’astrologie. Il démontre l’irrecevabilité de l’hypothèse causale physique, en analysant « l’invention » de l’astrologie.

 « L’évolution de l’astrologie au cours des siècles, nous dit-il, est une illustration de l’évolution du psychisme humain, depuis les temps immémoriaux jusqu’au temps présent. »

 Ecartant l’hypothèse de causes objectives, Franck Nguyen propose une autre hypothèse :

 « De quoi est-il question au travers de l’astrologie, sinon d’une réalité psychique subjective, d’un sens personnel, d’un sens individuel accordé, voire projeté sur un événement ? De quoi est-il question, sinon d’une sorte de mise en « JE » ? »

 « En somme, l’astrologie ferait écho, non pas à la Réalité physique, mais à un état d’âme subjectif prenant ses racines dans l’inconscient collectif. Chaque événement qui survient prend ainsi un sens particulier en fonction de la programmation inconsciente (le scénario de vie) issu du thème de naissance. »

 « Le thème natal permet de prendre contact avec la psyché spécifique de chaque individu. Ainsi les planètes décriraient-elles les « personnages » d’une sorte de théâtre intérieur. De ce fait, leurs déplacements, leurs interactions tisseront alors la toile de fond de cette pièce dont le scénario serait, quant à lui, écrit au moment de la naissance de chaque individu. »

 Franck Nguyen parle alors d’un déterminisme par « l’aléatoire sous contrainte ». Reconnaissant que nous n’avons pas accès au réel, il pose cette question très pertinente : « Le sujet est-il un inter-sujet ? ». Dans une approche constructiviste, il nous parle d’un sujet constitué à la croisée des autres. En arrière-plan de cette intersubjectivité, se déroule le niveau symbolique qui nourrit les inconscients, personnels ou collectifs.

 Qu’en est-il de l’homéopathie ?

 « Rappelons, dit l’auteur, que les « mondes » analogiques sont caractérisés par la prédominance des perceptions subjectives sur la réalité tangible. Dans le mode de pensée analogique, le ressenti est prédominant et « la réalité » est d’abord et surtout un « vécu ».

 L’homéopathie fonctionne selon les règles qui régissent le monde analogique. L’homéopathie respecte les critères qui définissent les mondes analogiques :

- la prédominance des perceptions subjectives sur la réalité tangible ;

- les relations de correspondance. »

Science traditionnelle des correspondances et loi de similitudes sont à l’œuvre dans ces deux disciplines que l’auteur croise pour une typologie basée sur « le portrait des remèdes » basé sur les traits psychiques du patient.

Franck Nguyen termine ce travail par quelques exemples stimulants de thèmes astrologiques en relation avec les remèdes homéopathiques et avec les portraits moraux.