1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
La Franc-maçonnerie est-elle une thérapie

Le simple fait de se poser la question indique une incompréhension de taille.

L’initiation commence quand il n’y a plus « personne », lorsque la place est laissée libre pour l’être. Elle commence donc hors des conditionnements, hors du « psychologique » qui est alors reconnu comme un objet parmi d’autres et comme tout objet de la nature du vide. A moins que la Franc-Maçonnerie ne soit pas initiatique, auquel cas la question aurait tout son sens. L’auteur pose une deuxième question : Les initiés sont-ils des malades virtuels ? question qui nous fait retomber absurdement dans le tout psychologique. Jacques Fontaine n’a-t-il jamais entendu parler de Tradition(s), ignore-t-il les praxis initiatiques, certes rarement mises en œuvre en Franc-Maçonnerie ?

L’auteur se fait aussi parfois donneur de leçons, vis-à-vis du RER par exemple. Il évoque bien une spiritualité qui serait au-delà de la Franc-maçonnerie tout en l’incluant, mais tout cela reste très confus et même si nous sentons la bonne volonté et le désir de fraternité, nous ne sortons pas du développement personnel. L’initiation est ici « potache ».