4 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Les deux plus anciens manuscrits des grades symboliques de la Franc-maçonnerie de langue française

Alain Bernheim, historien de la Franc-Maçonnerie bien connu, et reconnu pour la qualité de ses travaux, nous livre un nouveau travail sur la naissance des rituels français à travers deux manuscrits de la première partie du XVIIIème siècle. Pour ce premier demi-siècle, s’il existe davantage de manuscrits de langue anglaise, ceux de langue française sont d’un grand intérêt. Ils ne subirent en effet que peu de modifications durant cinquante années au contraire des rituels anglais souvent modifiés.

Ces deux manuscrits sont Le vrai catéchisme des frères Francs-Maçons rédigé suivant le code mystérieux et approuvé de toutes les loges justes et régulières et Le manuscrit de Berne.

En préalable à l’étude des manuscrits, Alain Bernheim distingue de manière intéressante, catéchisme, divulgation et rituel :

« Un tel catéchisme était alors le dialogue permettant de vérifier la qualité maçonnique d’un interlocuteur et le grade qu’il possède en lui posant certaines questions, en lui demandant de communiquer des mots, des signes, ou de décrire certains instants spécifiques de la cérémonie au cours de laquelle il avait reçu ce grade. »

« Le mot divulgation s’applique à des imprimés – articles de journaux, brochures ou livres – prétendant décrire une cérémonie rituelle ou reproduire un catéchisme obtenus de manière illicite ou par le truchement d’un franc-maçon renégat. Comme de nos jours, ils peuvent avoir été publiés dans le but d’un profit financier, afin d’obtenir la célébrité, ou pour nuire à la franc-maçonnerie. Il a pu arriver que des divulgations soient publiées pour mettre des lecteurs crédules sur une fausse piste, cas auquel leurs auteurs peuvent avoir été des francs-maçons. »

 Les rituels maçonniques comprennent aujourd’hui trois parties différentes pour chaque grade : une cérémonie qui leur est propre, une instruction, dite encore parfois aujourd’hui catéchisme, et le dialogue prononcé pour ouvrir et fermer les travaux à ce grade.

Les anciens catéchismes ou divulgations de langue anglaise ne comprenaient pas un tel dialogue. On pensait qu’il en allait de même en français jusqu’à la découverte des anciens manuscrits présentés ici. »

Voici énoncé l’un des grands intérêts des deux manuscrits de langue française. Alain Bernheim s’intéresse aux divulgations anglaises et françaises, les fantaisistes et les authentiques avant d’analyser les deux manuscrits publiés. Le « Vrai catéchisme… » est un document de grand intérêt. Il est en effet « le plus ancien manuscrit connu du rituel des trois grades de la maçonnerie symbolique en langue française ». On peut aussi observer l’évolution des innovations rituelles.

En annexe, le lecteur trouvera un tableau comparatif entre le Vrai catéchisme et Le maçon démasqué publié à Londres en 1751.

Le manuscrit de Berne comprend « la plus ancienne et la plus complète version manuscrite aujourd’hui connue en langue française de la réception au grade d’Apprenti ».

Cet ouvrage intéressera tous ceux qui s’intéressent à l’histoire maçonnique mais aussi ceux qui veulent comprendre l’évolution des rituels maçonniques.

Par Alain Bernheim, Editions Dervy
www.dervy-medicis.fr