3 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Dans le vaste courant de la non-dualité, cet ouvrage apporte un regard particulier avec l’enseignement de Sri Manoharan, fort peu connu en Occident. Trente ans après, à travers ses souvenirs, l’auteur nous introduit à la pensée de ce maître très orienté vers le Shanti Marga qui implique une éthique relationnelle exigeante et bienveillante.

" Le Shanti Marga n’est pas la libération individuelle, bien que celle-ci soit une possibilité, mais la libération de la conscience humaine. Le Shanti Marga, voie de la paix, a été transmis par Swami Nigamananda à Sri Manohoran, mais ce terme est mentionné dans des écrits sur le roi Akbar (16ème siècle), grand souverain de l’Inde, sage et visionnaire, qui accueillait à sa cour, savants, philosophes, poètes, musiciens et artistes étrangers. L’esprit du Shanti Marga se retrouve aussi dans le Jainisme, le bouddhisme et chez les Bauls, par l’accent mis sur la non-violence, l’absence de castes et l’égalité homme-femme.

Il représente une voie originale. Son but est la Libération "personnelle", non pas comme un aboutissement, mais comme une étape d’une évolution plus vaste qui concerne la conscience humaine universelle. En effet, La conscience est la clé de l’évolution… Et cette évolution s’accomplit dans le temps. Sans la conscience, le monde de la matière serait un phénomène dépourvu de sens, quelque chose qui serait arrivé juste par hasard. Mais la conscience humaine actuelle est clairement quelque chose en voie de développement." Il y a donc une interaction permanente entre, d’une part, la paix intérieure et les pratiques personnelles et, d’autre part, la paix relationnelle avec une éthique forte. La sadhana, le changement radical d’orientation de la conscience, modifient la causalité. Sri Manoharan met en garde contre une pratique des mouvements énergétiques internes sans conscience, sans abandon à la grâce divine. Plutôt que l’éveil ou l’illumination, c’est la paix qui est ici recherchée, une paix partagée. La liberté naît de l’acte juste, entier, achevé absolument. La bienveillance est au coeur de la pratique. Les chapitres thématiques, voie spirituelle, karma, kriya yoga, Shanti Marga, Dharma, initiation… précèdent une série de dialogues tout à fait riches et pertinents : "A quels signes voit-on qu’on a pris une bonne décision ? Les plus beaux signes sont la paix. Il y a une vraie tranquillité. Et parfois une réjouissance. Ça vibre dans le cœur." "De nombreux textes traditionnels affirment qu’il faut renoncer à tout pour trouver Dieu, mais ça signifie quoi exactement ? Renoncer à tout ce qui est mensonge et illusion, renoncer à ce que les choses soient selon nos désirs personnels, oui, assurément. En chacun de nous, il y a un espace de paix, un véritable temple intérieur auquel personne d’autre n’a accès.

Pour accéder à cet espace, nous devons renoncer à tout contrôle, c’est en fait un chemin de lâcher prise. Là, en cet espace, nous pouvons être seuls avec Dieu. Nous n’avons pas besoin de parler beaucoup de ce temple intérieur. Et il ne nous éloigne pas de nos proches ; au contraire, il adoucit et rend plus véritables toutes nos relations." "Peut-on être libre si l’on suit des règles, peut-on être libre quand on est animé par un désir de changer le monde ? Que nous le voulions ou non, nous influençons ce qui se passe dans le monde. Je ne parle pas de suivre des règles, mais je vous explique un processus. Le Shanti Marga nous invite à y voir clair en nous, pour pouvoir voir le monde clairement. Voir suppose un observateur, et une position. Si je m’agite beaucoup je ne pourrai y voir les petits détails. Il importe donc de se poser, se déposer, d’apaiser le désir pour y voir clair.

Voir c’est regarder honnêtement, sans intention préalable, sans penser savoir à l’avance ce que l’on verra. Si mon mental est alors disponible, l’action juste se fera. Fondamentalement, l’ultime action, la seule, c’est l’exploration de soi. Alors dans cette exploration, je découvre que je suis le monde."

Editions L’Originel – Charles Antoni

http://www.loriginel.com/