1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Livre simple qui vise l’essentiel à travers l’expérience d’une vie dans laquelle la méditation tient une place centrale, ce témoignage sera utile à beaucoup de débutants ou de pratiquants qui s’interrogent sur les ajustements nécessaires mais aussi qui pressente sans pouvoir l’installer le sens intrinsèque de la pratique.

« Ma pratique ne s’arrêtera pas, elle est à vie, je ne le savais pas en commençant, je pensais qu’au bout de quelques années je réaliserais ma profondeur, je n’avais jamais imaginé où cela allait me conduire. je réalise qu’il faut nourrir sans cesse cette grâce. Quand je vois mon maître avec son mala accompagner tous les temps de méditation des chercheurs qui viennent à l’ashram qu’il habite, il est l’exemple même du fait que la pratique est essentielle et reste le cœur de l’existence.
Durant des années, je ne pouvais que pratiquer à travers l’attention que je déployais pour ma famille, dans les gestes imparfaits de mon quotidien, en épluchant des légumes, en repassant, en rangeant le lave-vaisselle, en vaquant à toutes sortes d’autres tâches. je suis bien consciente que tous ces actes ont accompagné le travail souterrain que réalise la pratique de l’attention quand on y met tout son cœur. »

Trente-quatre ans de méditation prière et japa ont conduit Nadège Amar à écrire ce livre afin de partager. A l’origine de sa démarche, une rencontre avec Chandra Swâmi Udassin, elle avait alors 24 ans, rencontre déterminante qui orienta toute sa vie. Nadège Amar éclaire ce qu’est une voie spirituelle. Rien de spectaculaire, des hauts et des bas, de la densité et de la légèreté, du changement et des résistances, beaucoup de résistances. Elle a choisi le simple et le simple est difficile.
Au fil des pages, le lecteur se retrouve dans les nœuds partagés par la plupart des pratiquants. Certains des noeuds se desserrent, d’autres deviennent des points d’appui pour passer au-delà ou encore apparaissent pour ce qu’ils sont, objets vides. Nadège Amar invite à laisser se dissoudre ce qui nous encombre.
« La méditation est un état intérieur, c’est l’état de méditant qui à force de pratique va se révéler. Il faut s’impliquer – c’est un engagement – et avoir beaucoup, beaucoup de patience et de persévérance. En me remémorant ce que j’ai pu traverser dans mes assises tout au long de ces années, je réalise à quel point, il ne faut pas associer méditer et corps immobile. Oui, le corps est immobile, mais on ne se coupe pas de son corps. »
La méditation est accompagnée d’une introspection. Voir ce qui se présente, prendre de bons risques, le risque de la lumière, renoncer à stocker, décider pour soi-même, rencontrer l’autre tel qu’il est, laisser la place pour l’amour inconditionnel. Grandir.
Pas de lyrisme, du quotidien.

« Toutes les souffrances que nous traversons, nous nous devons d’en faire quelque chose, à quoi servent-elles sinon ? Seulement à nous faire mal, à nous permettre de nous plaindre et d’être des victimes ? Je ne crois pas. Il me semble qu’elles sont aussi là pour nous permettre de découvrir nos faiblesses, afin de faire de mieux en mieux connaissance avec nous-même, afin d’essayer de prendre conscience pour grandir. »
Il y a beaucoup d’authenticité dans le témoignage, l’invitation à la vie, de Nadège Amar, de cette authenticité qui naît quand le corps et l’esprit font accord en un axe de cohérence.

Editions Le Relié
La Cerisaie n°15
Les Imberts, BP 30
84220 Gordes.
www.editions-du-relie.com