2.1666666666667 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Après L'enseignement de la divine shakti, paru chez Grasset, Jean Varenne consacre un nouveau livre au tantrisme. Ce livre est une contribution importante à la compréhension du tantrisme, si mal abordé et interprété en occident, comme en orient d'ailleurs.

Jean Varenne restitue au tantrisme sa spécificité et sa profondeur en le replaçant dans son contexte philosophique, mythologique et métaphysique.

Dans une première partie, il aborde l'histoire du tantrisme, son évolution, ses relations, complexes, avec l'hindouisme et avec le boudhisme, et les apports mutuels de ces courants, étudie la place de la femme dans le monde brahmanique avant de s'intéresser à la place de la déesse dans la mythologie hindoue et boudhiste. Lakshmi est enfin présentée dans toute sa dimension. Déesse de la bonne fortune, Lakshmi, sous sa forme de Rukmini et Radha apparaît à la fois comme épouse et amante, elle préside à l'amour sous toutes ses formes, "légitimes et illégitimes". Le seul enfant qu'elle eut de Vishnu est d'ailleurs Kâma (Eros, l'amour sensuel). Épouse parfaite, Lakshmi, sous la forme de ses différents avatars, brise pourtant les conventions sociales et morales.

Jean Varenne accorde une place importante aux rites, les analysant à la fois dans le contexte religieux et théologique et dans le contexte social dans lequel ils s'inscrivent. La place de la sexualité, toujours présente dans le tantrisme, soit, cas le plus rare en fait, dans la consommation de l'acte sexuel, soit le plus fréquemment dans le jeu fusionnel des énergies contraires, y est décrite avec justesse, jamais séparée de sa signification réelle: une divinisation des deux partenaires dans un acte qui se veut liturgique et alchimique. Enfin dans le chapitre tantrisme et yoga, il traite directement de l'une des voies spécifiques des alchimies internes, la voie des substances. Dans ce dernier cas, constatant la présence de cette pratique tant chez les gnostiques d'Alexandrie que dans certains cercles shivaïtes, il n'en déduit pas comme Alain Daniélou une communication entre le monde grec et le monde indien. Au contraire, il pense que les mêmes causes produisant les mêmes effets, ". croire en une dualité de puissances (Shiva et Shakti, Héruka et Vajra-Vahâri), imaginer le dynamisme de deux principes, mâle et femelle, suffit à engendrer un rituel ou le dit archétype sera actualisé."

La quatrième partie traite du symbolisme et de la métaphysique tantriques, Jean Varenne y décrit l'édifice philosophique, théologique et métaphysique qui fait du tantrisme un aboutissement initiatique, et qui le fait considérer, tant dans l'hindouisme que dans le boudhisme, comme la tradition la plus interne, la plus ésotérique.
Jean Varenne souligne la nécessité du secret, tant pour des raisons sociales, les implications sexuelles étant rejetées par les morales religieuses ou laïques, que pour des raisons occultes et magiques, liées à l'efficacité du rite et au Mystère de l'acte. De la même manière l'exposé consacré par l'auteur aux mantras, et à l'approche tantrique du mantra est un modèle du genre que chacun aura intérêt à méditer, le langage crépusculaire propre au tantrisme est en effet celui usité par les hermétistes.

Ce livre est indispensable à ceux qui s'intéressent au sujet du tantrisme et à cette dialectique duelle inscrite dans la Nature qui conduit à une expérience non-duelle, par le jeu subtil de la fusion des contraires.
Enfin, pour conclure sur l'aspect sexuel, citons Jean varenne: ". il s'agit toujours de religion, non de débauche: le rite reproduit, répète, actualise l'archétype mythique. C'est en ce dernier qu'il a sa justification, la seule. Mais pour qui croit en l'efficacité des rites, quelle puissance, quelle beauté dans de telles cérémonies où, littéralement, on assiste à la conjonction du Ciel et de la Terre, à l'union du Soleil et de la Lune, de l'or et de l'argent, etc. Plus profondément encore, il y a cette émotion sacrée qui saisit les hommes (les mâles) devant le mystère de l'Éternel Féminin, et inversement cette fascination, cette attirance des femmes devant le membre érigé de leur partenaire. la sexualité dans un tel contexte retrouve sa valeur essentielle, son secret."