1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Boris Cyrulnik est directeur de recherches en éthologie clinique à l'hôpital de Toulon, il enseigne l'éthologie à l'Université du Var. Il nous entraîne avec ce livre dans une exploration "ensorcelante" des processus du vivant.

La thèse qu'il développe n'est pas sans rappeler et sans confirmer les travaux de Gregory Bateson en philosophie, de Milton Erickson en thérapie, de Korzybscki avec sa Sémantique générale, et concernera tous ceux qui effectuent des recherches dans le domaine des philosophies de l'éveil.
"Toute vie est possédée." C'est ce que démontre ce livre. Boris Cyrulnik met en évidence trois types d'ensorcellement:
"-Avant la naissance: l'ensorcellement naturel donne à l'homme sa place où s'infiltre déjà la magie des récits.
-Dès la naissance, l'enfant travaille chaque jour à prendre la parole, pour inventer sa propre réalité et construire son individualité.
-L'héritage des récits et des techniques change le milieu humain et façonne en retour celui qui l'a produit."
Boris Cyrulnik, comme Korzybscki en son temps, mais avec une méthodologie autre, démontre comment le langage modifie notre environnement: "L'être-avec passe son temps à changer de nature puisque à chaque étage de la construction de l'appareil mental il ajoute une nouvelle aptitude à être ensorcelé. Le processus d'ensorcellement continu part du monde perçu et évolue vers l'imperçu qui l'ensorcelle encore plus. Les objets ensorceleurs ne sont des entités distinctes qu'aux extrémités de l'appareil mental: la matière biologique constitue un extrême, et le mot imprononçable qui représente l'imperçu parfait compose l'autre."
Enfin l'auteur définie avec pertinence la liberté de l'homme: "Assembler des paroles pour donner au monde la forme qu'il perçoit et dire un sortilège pour agir sur lui. Devenir sorcier à son tour, voilà le destin que l'homme s'assigne et nomme "liberté"."
Ce livre est important, contribution très concrète à une pensée non-aristotélicienne, il permet de reposer, de manière opportune, la question oubliée: Quel sens peut bien avoir l'idée de sens?