1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Avec le talent littéraire qui est le sien, Pierre Assouline fait revivre pour nous le seul palace de la rive gauche à Paris, le Lutetia, au cours de la deuxième guerre mondiale.

De 1938 à 1945, personnalités, artistes, écrivains, officiers nazis, trafiquants et enfin déportés de retour des camps se succèderont au Lutetia avec ses joies, ses souffrances, ses intrigues, ses trahisons.
Le personnage central, ancien policier des RG, détective de l’hôtel, évolue en crabe dans ce milieu tantôt feutré, tantôt agité.
« Depuis peu, on me regardait de travers. Cette impression-là ne s’explique pas. Une secrétaire qui change de chemin à l’idée de me croiser, un cuistot qui détourne les yeux, des rumeurs dans mon dos à la moindre incursion au restaurant, des chuchotements entre femmes de chambre dans les offices. Curieusement, une ou deux fois, j’avais été réveillé par une employée du room service qui s’était trompée d’étage.
Le directeur me convoqua, chose inhabituelle depuis que, les circonstances aidant, il n’hésitait pas à me donner ses consignes dans les couloirs. »