1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

La sortie en poche de ce livre de Douglas E. Harding est pour nous l’occasion de rappeler l’importance d’une œuvre atypique profondément innovante.
Hors les deux voies que représentent la science et la religion, Douglas E.

Harding en propose une troisième dite voie de la Vision. Par des exercices simples, il conduit le lecteur-expérimentateur à défaire des conditionnements qui le lient à l’interprétation de ses perceptions sensorielles. Cette approche, profondément libertaire, puise à de nombreuses traditions et voies directes.
« Le moment est venu, pour vous et moi, d’examiner attentivement les six marques distinctives de Celui auquel la voie n°2 nous demande de CROIRE les yeux fermés. Pointons notre index vers ce à partir de quoi nous regardons – notre « visage » - et, sur l’évidence de l’instant présent, VOYONS. Est-ce ou non :
- Espace infini se déployant dans toutes les directions ?
- Absolument transparent et vide ?
- Vide pour accueillir ce qui se présente, à savoir vos mains et ce livre ?
- Intemporel et impérissable, parce qu’il n’y a rien ici qui permette d’enregistrer le temps ou qui puisse périr ?
- Largement éveillé (avez-vous jamais rencontré la conscience ailleurs) ?
- Le moteur immobile de la fenêtre, de la porte et des murs de la pièce, alors que les autres disent que c’est vous qui bougez lorsque vous tournez sur vous-même ?
Si vous faites vraiment l’effort de pointer votre doigt vers ce qui regarde en vous et de tourner sur vous-mêmes (et ne vous contentez pas de lire ces mots), si vous prenez au sérieux – à cœur – ce que vous voyez clairement, alors vous êtes rentré CHEZ VOUS (…)
Ce qui m’amène à mon deuxième avertissement. Vous et moi avons vu Dieu, Celui qui a six marques distinctives, même si ce n’est que brièvement. Nous devons à présent stabiliser cette vision. Tant qu’elle a duré, c’était la vision réelle, la vision parfaite – non une vision d’amateur, ou partielle – de Celui que l’on ne peut voir que parfaitement ou pas du tout. Pourtant, ce n’est pas la fin, mais le commencement de la vie spirituelle. La vision doit être pratiquée, pratiquée sans cesse, pratiquée encore. »
Douglas E. Harding invite le lecteur à emprunter le chemin le plus court. Cela vaut le coup de tenter l’aventure.