1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Voici un très bel hommage à Rûmi et à sa religion de l’amour offert par Leili Anvar-Chenderoff, maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales, spécialiste de la littérature persane, de la poétique et de la mystique musulmane.
Le maître de Konya fut un immense poète et un maître de sagesse. Avec lui, la poésie, langage crépusculaire qui seul permet de faire pressentir le Réel, est emplie de lumière et de joie.

Avec Rûmi, nous abordons l’une des plus belles expressions des voies réelles. La plongée dans le Grand Rien et sa plénitude sont présents en chacun de ses vers. La perception de l’infini, de l’indifférencié, de l’immaculé, semble avoir habiter Rûmi de manière intense.
Leili Anvar : « En effet, ceux qui ont lu, étudié et aimé l’œuvre de Rûmi depuis près de huit cents ans maintenant, ont fait l’expérience d’entrer dans un océan sans rivage dont on ne revient jamais vraiment. Au-delà de l’immensité de l’œuvre, ce qui sans cesse saisit le lecteur, c’est la hauteur de la pensée, l’intensité et l’authenticité des émotions autant que l’extraordinaire créativité de son langage poétique. Car Mohammad Djalâl al-dîn Balkhî, plus connu en Occident sous le nom de Rûmi, était poète autant que penseur mystique et maître spirituel. S’il n’avait été que l’un ou l’autre, il ne serait pas devenu le Rûmi mythique, il n’aurait pas atteint à l’universalité. Il y a eu dans la tradition spirituelle de l’Islam de très grands penseurs qui ont laissé des œuvres remarquables de même qu’il y a eu bien des poètes exceptionnels dans l’histoire de la littérature persane. Rûmi n’est ni le penseur le plus complet de son temps, ni le meilleur des poètes persans ; sa grandeur vient de ce qu’il a su créer un langage intense et personnel pour dire en termes poétiques les subtilités d’une pensée spirituelle vaste et ouverte sur des perspectives sans cesse renouvelées. »
Rûmi est un compagnon des voies directes c’est pourquoi son œuvre tend à conduire le lecteur vers un pressentiment immédiat de l’Être. Ce n’est pas une doctrine ou un système, c’est un tissage irrégulier et surprenant, réalisé à partir de l’intervalle, qui donne accès à l’Être. Il fut introduit à cette voie par Shams de Tabrîz qui lui appris à se dégager de toute forme :

J’ai reçu la robe d’investiture des mains du Prophète
(sur lui la paix)
non pas une robe qui se déchire
et devient haillons au bout de deux jours
que l’on jette dans une chaudière
ou qui sert aux soins d’hygiène.
Non
c’est la robe d’intimité
une intimité au-delà de toute compréhension
une intimité
qui échappe au passé
au présent
au futur.
Qu’est-ce que hier, aujourd’hui ou demain pour l’amour ?

Nous reconnaissons bien chez Rûmi cette intemporalité, cette absence qui permettent seules l’intimité avec ce qui est là, la liberté absolue, l’intensité, le silence.
Maître du langage dont il connaissait parfaitement la fonction paradoxale, Rûmi fait appel aux mots et aux sons pour passer au-delà des mots et des sons :

Je songe à des rimes et le bien-aimé me dit :
« Ne pense à rien d’autre qu’à me voir
Ô mon ami qui médite des rimes, assieds-toi près de moi
Car en ma présence, c’est avec le bonheur que tu rimes
Que sont les mots, pour que tu y penses ?
Que sont les mots ? Des épines dans la vigne
J’abolirai les mots, les sons, les discours,
Afin que sans ces trois choses, je puisse converser avec toi. »

Enfin, Rûmi chanta l’érotique sacrée, l’amour et la fusion sous toutes ses formes, célébrations de l’Un :

Bienheureux l’instant où nous serons assis à la terrasse, toi et moi
Deux images et deux formes, mais une seule âme
Toi et moi
Les bruissements des bosquets et le chant des oiseaux donneront
[l’eau de la vie
Lorsque nous entrerons ensemble au jardin
Toi et moi
Les étoiles du ciel viendront nous contempler
Et nous leur montrerons notre lune
Toi et moi
Toi et moi sans toi et moi seront réunis par la joie
Heureux et libérés des superstitions éparses
Toi et moi
Les perroquets célestes se régaleront de sucre
Lorsque nous rirons ensemble
Toi et moi
Le plus étrange, c’est que toi et moi soyons ici dans un petit coin
Alors que nous sommes l’un en Iraq et l’autre au Khorâsân
Toi et moi
Une image sur cette terre et sous une autre forme
Au paradis éternel et au paradis du sucre
Toi et moi

Leili Anvar réalise avec ce livre une belle introduction à l’œuvre et à la pensée poétique de Rûmi. Sa propre intimité avec l’œuvre et le poète font de ce livre davantage qu’un hommage mais un pan du grand tissage voulu par Rûmi.