1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Dès maintenant, nous pouvons dire que Guy Piau, c'est là son grand mérite, aura participé concrètement à poser la question d'un éventuel renouveau maçonnique. En effet ce livre offre un cadre pertinent pour se poser la question de l'avenir de la Franc-maçonnerie, un avenir qui se fonderait effectivement sur la tradition maçonnique.

Le chantier est immense, l'oeuvre est très incertaine, d'autant que le défi n'est pas même véritablement relevé. Pourtant les frères et soeurs de bonne volonté ne manquent pas, qui invitent à penser, qui invitent à opérer, selon des voies différentes mais qui toutes, s'originent d'une source unique et y retournent immanquablement.
Guy Piau espère une alliance nouvelle entre spiritualité et humanisme dans un contexte particulièrement difficile, dans un climat de grande confusion :
" Au sujet du rôle, de la place et des objectifs de la franc-maçonnerie comme du franc-maçon dans la société, on entend et lit tout et son contraire, aussi bien à l'intérieur même des obédiences et loges maçonniques, qu'à l'extérieur, c'est-à-dire là où la pensée maçonnique et l'action des francs-maçons sont analysées, voire vilipendées.
Pour les plus extrémistes " ils [les francs-maçons] ont gagné " et, si la société se délite, se décompose, ce sont leurs idées qui en furent le germe, la semence. Pour les sceptiques, la franc-maçonnerie n'est qu'un groupe de pression, dont les réseaux et le système relationnel s'exercent dans les milieux politiques et économiques. Pour les philosophes modernes, elle est le dernier avatar de la philosophie des Lumières, une survivance qui s'étiole, qui n'a pas d'avenir. Enfin, pour le plus grand nombre, la franc-maçonnerie est une institution souvent inconnue, voire méconnue, parfois étrange, paraissant ridicule à certains, intrigante à d'autres.
Le secret maçonnique hante l'esprit -secret diabolique diront certains, secret de polichinelle conviendront d'autres, secret intime pour les adeptes d'une maçonnerie fondée sur une tradition spirituelle. Il faut bien convenir que les francs-maçons ne contribuent guère à lever le voile et à rendre clairs et compréhensibles les objectifs, voies et moyens de la franc-maçonnerie.
Très schématiquement, trois grands courants idéologiques s'expriment au sein de la franc-maçonnerie universelle, ou plus exactement trois conceptions du fondement de la tradition maçonnique.
Nous distinguons d'abord une franc-maçonnerie qui plonge ses racines et trouve ses assises dans une quête faisant référence à une spiritualité de nature et d'essence religieuse. Le concept d'un Dieu créateur, la croyance en un Dieu révélé sont le premier principe exposé par les obédiences et les loges se référant à cette mouvance. Nous trouvons ensuite une franc-maçonnerie qui fonde les principes qu'elle propose à l'adepte sur une spiritualité basée sur la liberté de conscience ; elle donne à l'initiation et au travail du franc-maçon un sens gnostique. Enfin, rejetant toute métaphysique des origines et des fins, s'est établie une franc-maçonnerie qui inscrit les objectifs qu'elle propose à ses membres dans un humanisme de la libération et du progrès moral et social. "
Guy Piau pose une question simple dont la réponse est loin d'être évidente : Que peut être, que peut faire, un franc-maçon dans les prochaines décennies ? Pour nous aider dans notre questionnement comme dans notre cheminement vers non pas une mais des réponses, il nous propose une démarche entre quatre temps : Appréhender l'histoire de la Franc-maçonnerie et des francs-maçons - Approcher les deux piliers de la franc-maçonnerie que sont la tradition et l'humanisme - Etudier notre société, en crise, et la franc-maçonnerie d'aujourd'hui, en rupture de sens - Ouvrir plusieurs chantiers pour le franc-maçon du XXIe siècle.
Malheureusement, si Guy Piau pose parfaitement le cadre, c'est déjà beaucoup, il échoue là où échouent les structures maçonniques elles-mêmes, dans la capacité à ouvrir les chantiers du futur. Ceux de l'universalisme, de la citoyenneté, de la spiritualité proposés par l'auteur ont trop servi la médiocrité. Ils ne sont pas à abandonner pour autant, ils sont à révolutionner. Son échec qui n'est en aucun cas un échec personnel, mais un échec institutionnel, a sa source dans une incapacité à l'originalité, à la rebellion, à l'art. Du coup, comme beaucoup, Guy Piau se réfugie dans l'histoire, la plus grande partie du livre est de fait à caractère historique.