1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Voici un grand texte de la tradition chinoise, datant du quatrième siècle avant notre ère, et un délice pour l'esprit. Les contes, les poèmes, et les dialogues qui sont rassemblés ici expriment l'essence du taoïsme en même temps qu'ils constituent un véritable art de vivre.

Les rencontres improbables s'y multiplient, réelles ou imaginaires jamais sans conséquences, souvent avec humour, Bole et les chevaux, Confucius et Lao-Tseu, le mille-pattes et le serpent, Grande pureté et InactionÚ
Grande profondeur mais aussi pragmatique étonnante, les écrits de Tchouang-Tseu servent aussi bien le quotidien du plus modeste que l'art de gouverner.
" Tchouang-Tseu rêva qu'il était papillon, voletant, heureux de son sort, ne sachant pas qu'il était Tchouang-Tseu. Il se réveilla soudain et s'aperçut qu'il était Tchouang-Tseu. Il ne savait pas s'il était un papillon qui rêvait qu'il était Tchouang-Tseu. " Voici en quelques mots la problématique de l'art traditionnel du rêve.