1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

C'est un traité très important du boudhisme, traduit pour la première fois en français, que ce Traité ultime du Grand Véhicule ou encore La lignée spirituelle des Trois Joyaux, puisqu'il est censé être la révélation de Maitreya, le futur Bouddha, au maître Asanga.

Asanga en assura la transmission et en réalisa le premier commentaire. Le texte d'Asanga fut lui-même interprété différemment selon les écoles. La version traduite par François Chenique est celle de l'école Shentong qui considère que " La réalité ultime est certes vide de souillures, mais elle n'est pas vide de qualités. " qui se différencie de la position de l'école Rangtong : "La Réalité ultime, c'est-à-dire la Nature de Bouddha, est à considérer comme vide de toute souillure et même de tout concept.".
Au centre de ce texte, se trouve une question centrale des voies d'immortalité, à savoir : "Sommes-nous des germes ou des embryons de Bouddhas, ou avons-nous seulement en nous la présence de la nature de Bouddha. ". Ces questions ne sont pas éloignées de celles posées sur la déification de l'homme par l'orthodoxie chrétienne.
Ce traité est d'une importance capitale non seulement pour l'étudiant ou le pratiquant du boudhisme mais pour tout questeur engagé sur une voie d'immortalité. En effet, une fois dépasser les différences culturelles, le lecteur sera bien face à la question fondamentale : " Comment devenir Boudha, Dieu, Christ, ou autre, dans cette vie, dans ce corps-ci ? " qui constitue l'origine de toute tradition du Réel et de la réponse que la nature et la Nature offrent à l'Être en l'humain.