1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Nous continuons de vivre avec les fées, malgré le rationalisme, le scientisme et un christianisme qui n'a eu de cesse de se les approprier en changeant leur nature. Pensons seulement à Harry Potter. Anne-Laure d'Apremont parcourt du regard et du coeur le vaste panorama du monde des fées.

Après avoir rappelé l'étymologie et l'historique, qui ne sont pas sans surprises, elle nous introduit au petit peuple et à cet intervalle entre vie et mort qui constitue leur habitus avant de plonger dans les " histoires de fées ", celles de l'oralité, celles de l'écrit, surtout de la littérature. Nous y retrouverons bien des amis d'enfance et bien des compagnons d'aventures traditionnelles, de Viviane à Peter Pan. Temps, espaces, panoplies , pouvoirs des fées, circonstances des rencontres féeriques sont aussi abordés, l'indispensable donc pour aborder le petit peuple. Livre introductif, ce travail est aussi porteur d'un souhait, celui du réenchantement du monde. Puisse-t-il en être ainsi !
"Les fées nous ramènent à tous les domaines de notre existence et nous enseignent le caractère profondément animé et vivant de toute chose, trait dominant des religions anciennes. Elles laissent entrevoir une façon de percevoir le monde. Ainsi les propos d'Adrian Harris semblent-ils s'appliquer à la perfection : " Pour moi, le paganisme n'est pas tant un ensemble de croyances qu'une façon de se relier au monde. ".
Ce retour aux fées et cet engouement pour les mondes merveilleux s'inscrivent peut-être dans une voie de resacralisation du monde. Ils apparaissent comme un message d'espoir, alors que l'humanité tend à verser dans le catastrophisme : crise écologique, spirituelle, incertitudes quant à l'avenir, perte de références. Certes, il est aujourd'hui difficile d'effectuer des prédictions, mais qui aurait pu prétendre voici peu que notre monde empreint de rationalisme et de technologie verrait soudain l'émergence, plus ou moins maladroite, de valeurs tombées en désuétude ? Les fées semblent souligner l'apparition d'une nouvelle conscience, même si elle ne s'accompagne que d'une volonté de rêver et de se tourner vers le merveilleux, sans vraiment oser plonger au coeur du sacré."