Futurisme et ésotérisme à Rome : autour de Giacomo Balla

Giacomo Balla est-il devenu « le plus grand peintre italien, abstrait et communiste » ? Cette reconnaissance artistique, et consécration, Giacomo Balla (1871, Turin - 1958, Rome) l’a en effet reçue à la fin de sa carrière, après la seconde guerre mondiale. Dès 1910, Balla gagna les rangs du futurisme. Un courant d’avant-garde italien, alors naissant, qui rejetait la tradition esthétique et exaltait la modernité, en particulier la civilisation urbaine, les machines et la vitesse.

Pour visionner ce film ajoutez le au panier ou
abonnez-vous pour un accès à tout le catalogue !
45:35
À partir de 12 € / mois
Achat en VOD / 15 €

Le futurisme se voulait être une rupture à la priorité donnée à l'homme, pour insérer l'humanité dans une « vibration universelle ».

intro balla 1intro balla 2

Quand l’art se veut « total », incluant en cela philosophie, spiritualité et politique...

Chez Balla en particulier, et dans le futurisme en général : couleurs et lumières sont utilisées afin d'exprimer une « sensation dynamique/énergique », une simultanéité des états d'âme et des structures multiples du monde visible.

intro balla 1intro balla 4

Une invitation à changer de regard, donc d’être. Initiations, ésotérisme ?

Massimo Introvigne nous relate ici le parcours artistique, philosophique et politique du peintre, et sculpteur, italien Giacomo Balla. Une plongée inédite dans le Rome ésotérique des années 1910 à 1940, alors animé de multiples tendances hétérogènes voire antagonistes : idéal théosophique, franc-maçonnerie, fascisme, sans oublier l’église catholique !
Des ingrédients détonants – et explosifs si on les allie – qui bénéficièrent à cette incroyable effervescence artistique et spirituelle…

Enregistrement réalisé lors des dernières journées Politica Hermetica, que nous remercions.

Haut