1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Un survol de l'histoire religieuse du continent européen. Adoptant le principe de tri-fonctionnalité de Georges Dumézil, Jérémie Benoît recherche les sources du chamanisme.

Jérémie Benoît fait apparaître sous la culture chrétienne les thèmes qui fondent les anciennes traditions européennes à travers une série d'études ponctuelles qui portent notamment sur les contes, fables, chansons véhicules de mythes et enseignements fondateurs : Le chat botté, Riquet à la Houppe, Compère Guilleri, ou la fable d'Esope, Hermès et le bûcheron. Il investit aussi de manière pertinente et originale certains éléments traditionnels ou, et, culturels : la chasse, l'homme sauvage, le guerrier-fauve, l'ours, le cerf, etc..
Il étudie ainsi longuement le donjon, symbole de pouvoir :
"Le donjon représente donc bien plus qu'un simple élément de défense extrême, et c'est minimiser sa signification que de ne le considérer que sous cet angle. Car il est de fait la représentation même de la souveraineté. Il transgresse les fonctions, qu'il totalise en lui."
Le cerf sacré est très présent dans ce livre, à la fois comme dieu initiatique et comme animal psychopompe. "Dieu primordial, Cernunnos commande aux forces de la nature dont il est le symbole grâce à ses bois caducs, de même qu'il est l'image de l'arbre cosmique de l'univers. Il est donc le dieu du savoir supérieur comme il est le dieu souverain. Il totalise en lui les trois fonctions. Tellurique, sombre, funèbre, il est tout autant lumineux, car il est l'incarnation du cycle de la nature. Il s'élève comme il s'éteint aux périodes-clefs de l'année.".
Combattu par le christianisme qui le diabolisa, le cerf fut cependant identifié à Saint-Patrick. Notons qu'un ancien courant rosicrucien hermétiste accorde au cerf une place essentielle.
Jérémie Benoît conduit avec érudition le lecteur dans les cultures traditionnelles du paganisme indo-européen, il en démontre la richesse et évoque ces thèmes qui forment, encore aujourd'hui, le fond de la structure mentale de l'homme, car ils sont au plus près de la nature de l'homme.