1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Fred Zeller se dit, se veut, avant tout, peintre. Ce livre restera sans doute l'ouvrage de références concernant les oeuvres de Fred Zeller. Il rassemble plus de 200 reproductions en couleur couvrant la période 1945-2000.

Voici un hymne à la liberté et à la fraternité. Voici aussi un humour subtil qui nous renvoie en perspective les tares d'une société aliénante. Il y a souvent chez Fred Zeller un tableau à l'intérieur du tableau, comme une fenêtre à l'intérieur de la fenêtre, un monde à l'intérieur d'un monde. Il nous invite à passer notre chemin parce que la vie est mouvement. Il y a aussi ces murs, ces enceintes qui disent la prison des conditionnements mesquins bien mieux que nos discours. Bien des úuvres de Fred Zeller pourraient être prétextes à des ateliers de philosophie. Mais il est aussi un peintre du quotidien, le quotidien comme prophète des temps à venir, ou des temps à construire.
Aventurier de l'esprit, aventurier tout court, Fred Zeller s'est pour l'essentiel exprimé à travers ses úuvres. Il est l'une des rares personnalités à refuser tout compromis, un rebelle pacifique, d'une extrême lucidité, mais malgré tout plein d'espoir comme le soulignait André Breton :
"Chaleureusement. Car, ce que Fred Zeller entend nous donner, c'est par dessus tout une leçon d'espérance. Il l'a dit lui-même " Nous qui sommes des rebelles, qui refusons la domestication et les ultimatums auxquels se sont malheureusement pliés trop d'intellectuels, nous croyons le moment venu de reconnaître tout un passé d'efforts (éclatants ou obscurs) vers la liberté de pensée, le non-conformisme, l'indépendance de l'individu humain, la création sans consigne ni contrôle comme premier acquis de civilisation que nous ayons à défendre aujourd'hui. ""
Ce livre témoigne des efforts, parfois discrets et élégants, parfois éclatants, très souvent remarquables de pertinence, de Fred Zeller pour défendre à l'extérieur et réaliser en lui-même cette liberté qui lui est si chère.
Si la Parole est perdue, Fred Zeller nous démontre que la peinture, elle, n'est pas perdue.