1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Giordano Bruno a défini la magie comme Art de la mémoire et manipulation des fantasmes. Dans ce petit traité, fondamental, Giordano Bruno, érudit, livre, de manière très condensée, trop parfois, sa conception de la magie, conception très élaborée qui prévaut dans les ordres traditionnels, conception très éloignée des croyances et représentations habituelles sur le sujet. Cette magie est cosmogonie et théurgie.

"Les mages ont pour axiome qu'il faut, en toute úuvre, garder à l'esprit que Dieu influe sur les dieux ; les dieux, sur les corps célestes ou astres, qui sont des divinités corporelles ; les astres sur les démons qui sont les gardiens et habitants des astres - au nombre desquels est la Terre ; les démons sur les éléments, les éléments sur les corps composés, les corps composés sur les sens, les sens sur l'animus , et l'animus sur l'être vivant tout entier : ainsi descend-on l'échelle. Ensuite l'être vivant remonte par l'animus jusqu'aux sens, par les sens jusqu'aux corps composés, par les corps composés aux éléments, par ceux-ci, aux démons, par les démons aux éléments, par les éléments aux astres, par les astres aux dieux incorporels, de substance ou de corporéité éthérée, par ceux-ci à l'âme du monde ou esprit de l'univers, et par ce dernier au sommet de l'échelle. Il est acte pur et puissance active, lumière toute-pure ; au bas de l'échelle sont la matière, les ténèbres, pure puissance passive qui peut devenir toutes choses depuis en-bas, comme Il peut faire advenir toutes choses depuis en-haut. Entre le degré inférieur et le degré supérieur sont des espèces intermédiaires dont les plus élevées participent plutôt de la lumière, de l'acte, et de la vertu active, et les plus basses plutôt des ténèbres, de la puissance et de la vertu passives."
C'est de cette vision du monde et de la création que la magie tire ses fondements basés notamment sur la loi des correspondances.