1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Cette étude poussée permet de prendre la mesure de l'Ïuvre et de l'influence considérable de ce mouvement et des personnalités qui l'ont animé comme Denis de Rugemeont, Alexandre Marc, Bernard Charbonneau, Jacques Ellul, Robert Aron, Arnaud Dandieu, Claude Chevalley, Daniel Rops...
"Les "premiers principes" auxquels se rattache L'Ordre Nouveau couvrent des perspectives de travail plus qu'ils ne codifient des positions.
L'Ordre Nouveau est fondé sur la distinction entre le patriotisme spontané et nécessaire et toutes les formes d'impérialisme, rigides et abstraites. Il s'ensuit que le contact fécond de la personne humaine avec son groupe et sa terre ne peut s'obtenir que par une décentralisation à forme fédérale o la corporation naturelle. (L'ON, "Premiers Principes")."
Le programme de L'Ordre Nouveau est énoncé sous forme de slogan en 1933 :
Contre le désordre capiataliste et l'oppression communiste,
Contre le nationalisme homicide et l'imprérialisme impuissant,
Contre le parlementarisme et le fascisme,
L'Ordre Nouveau met les institutions au service de la personnalité, subordonne l'état à l'homme.
"A posteriori, nous dit Jean Jacob, le rôle de L'Ordre Nouveau a été, intellectuellement, particulièrement fécond. Avec Esprit, la revue vulgarisera le personnalisme qui inspirera après guerre - via Alexandre Marc et Denis de Rougemont - les mouvances fédéralistes. Elle popularisera aussi les termes de "productivisme" - aujourd'hui tant choyé par les milieux alternatifs et écologiques - dès 1933. Le slogan "Ni droite, ni gauche" qui rejette dos à dos le capitalisme et le socialisme vus comme deux matérialismes, et qui appelle une troisième voie plus spirituelle, est lui aussi amplement développé par la revue."
Jean Jacob démontre le cheminement des idées de L'Ordre Nouveau jusque dans des tendances fort opposées. Il met en évidence la pertinence de l'un des mouvements les plus intéressants du XXème siècle mais aussi son étrange actualité "aux confins du non-conformisme".