images/de-l-or-a-la-monnaie.jpg

et Le scandale De Litra, dossier présenté par Pierre Jovanovic

Voici deux ouvrages d’économie et de droit qui permettent de mieux comprendre les enjeux de la période actuelle. Le premier aborde la question essentielle de l’abandon du standard or. Le passage de l’ère de l’or à l’ère du papier monnaie fut lourd de conséquences.

L’ouvrage date de 1926 mais les questions qu’il pose demeurent tout aussi pertinentes dans le cadre d’une réflexion globale entre droit et législation, alimentée par les travaux du grand économiste F. Von Hayek :

« Réellement le Droit est antérieur à la Législation et à la Jurisprudence : le Droit est spontané, il est le produit des forces sociales, il est l’œuvre de la Société et non celle exclusive de l’Etat.

Le Droit se crée librement, il n’est pas créé par l’Etat. Les règles élaborées par l’Etat et sa Justice, la Législation et la Jurisprudence, ne peuvent pas avoir d’autre but que de permettre la réalisation des normes sociales. Le cas de l’étalon-or vient à l’appui de la thèse d’Hayek et singulièrement dans ce livre la validité de la clause-or… »

L’ouvrage retrace l’histoire monétaire et éclaire le passage à l’Euro, monnaie sans valeur de référence. Il rappelle l’enseignement d’Aristote : « l’argent n’est pas productif par nature, donc tout profit réalisé par lui cache un prélèvement injuste fait au détriment de quelqu’un. »

Le second ouvrage traite de l’affaire De Litra du nom d’une société impliquée dans l’un des grands scandales financiers du siècle dernier, dans les années 60. Pierre Travers, l’artisan de ce scandale, avait parié sur le fait que ses clients ne viendraient pas retirer tous ensemble l’or qu’il lui avait confié contre un rendement de 9% par an. « A lui seul, souligne Pierre Jovanovic, il a annoncé le système financier actuel : une escroquerie globale en bande organisée des banques, avec la bénédiction de la Banque de France et celle de la Banque Centrale Européenne. »

Pierre Jovanovic s’appuie sur le dossier De Litra pour rappeler l’intérêt du rétablissement d’une monnaie internationale qui ne pourrait être que l’or. Cependant, il note les nombreux obstacles à une telle révolution. Parmi ceux-ci, il cite l’instabilité du monde, la faiblesse des réserves d’or, le prix trop bas de l’or pour relancer la production et le manque de sagesse des dirigeants…

Source: La lettre du crocodile  

VOUS AIMEREZ AUSSI

Haut