1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
La Cathédrale. Sa construction, ses légendes, ses mystères par Jean-François Blondel

Jean-François Blondel, spécialiste du Compagnonnage est l’auteur de plusieurs livres sur le sujet : Légendes des cathédrales, Encyclopédie du Compagnonnage et Les Outils et leurs symboles. Avec ce nouveau livre, il exploite les connaissances nouvelles sur la construction des cathédrales issues des dernières recherches assistées par les technologies nouvelles, reconnaissance numérique et laser notamment.

Les cathédrales, véritables livres de pierre relèvent d’une géographie sacrée. Bâties et rebâties sur des sites privilégiés occupés d’abord par des temples préchrétiens, puis des églises mérovingiennes, avant les églises carolingiennes, puis gothiques, les constructions respectent des connaissances anciennes probablement cosmo-telluriques.

Avant de pénétrer dans ces « grandes flamboyantes » que sont les cathédrales, Jean-François Blondel invite le lecteur à se doter d’outils et de connaissances.

« Les cathédrales, explique-t-il, sont des livres de pierres, et des livres muets. Mais aussi des livres d’images qu’il faut déchiffrer ; de gigantesques bandes dessinées dont il faut comprendre le sens, que nous avons peut-être perdu. Rôle explicatif qui incombait à l’Eglise du Moyen Âge d’enseigner au peuple illettré la signification des images (vitraux, statuaire) que cette « Bible du Pauvre » leur présentait : celle de l’Histoire sainte, montrant les scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Les sciences, les Arts libéraux (Trivium et Quadrivium), les métiers du Moyen Âge, la vie des champs à travers le zodiaque, la morale avec les vices et les vertus, la pesée des âmes et le jugement dernier, les élus et les damnés, les animaux fantastiques, la fin des temps… Toute la vie médiévale était représentée dans ce « Miroir du Monde » qu’était la cathédrale. »

La cathédrale est aussi, par le parvis, l’espace où se jouaient les mystères, le plus souvent la vie des saints que nous retrouvons dans la légende dorée. C’est donc le cœur de la vie chrétienne.

La première partie de l’ouvrage traite de ce que l’on désigne comme le siècle des cathédrales, de 1130 à 1280, période qui a vu quatre-vingts cathédrales pointer vers le ciel depuis le sol français, un phénomène architectural exceptionnel et unique. Ces constructions gigantesques ont favorisé l’apparition des fraternités ouvrières dont est issu le Compagnonnage et le développement de connaissances, notamment la géométrie, l’architecture, art à la fois mystique et réaliste, le symbolisme. L’essor des cathédrales fut renforcé par les pèlerinages et le culte des reliques qui conduisaient en ces lieux sacrés.

La deuxième partie de l’ouvrage aborde la construction elle-même : le chantier, les outils, les armatures de fer, les financements mais aussi la nature et la fonction des fraternités initiatiques de métier. La technique ne suffisait pas, il fallait aussi une connaissance des symboles :

« Pour être capable de sculpter des scènes religieuses (une Vierge, un Christ, etc.) avec toute la spiritualité que cela demande, en plus du talent dans l’exécution du chef-d’œuvre qui est réclamé, il fallait nécessairement avoir été instruit d’histoire biblique. Pour pouvoir exprimer dans la pierre le langage des symboles, qui était le mode d’enseignement de l’Eglise aux XIIème et XIIIème siècles, il fallait avoir été initié au monde des symboles. On peut donc penser qu’une initiation des imagiers et des tailleurs de pierre s’avérait indispensable. Celle-ci n’a pu se faire que sous l’influence des monastères par les religieux, qui ont peut-être créé un ordre de travailleurs, avec une règle, à l’image de celle des ordres monastiques. On peut donc dire que c’est la construction des cathédrales qui a « fait » le Compagnonnage, ou du moins qui a cristallisé en son sein des ouvriers venant de toutes parts, réunis là dans une œuvre commune et aussi dans une assistance mutuelle commune. »

La troisième partie aborde la cathédrale entre merveilleux et fantastique, le très riche et étonnant merveilleux chrétien, anges, démons, fous, chimères gargouilles et autres et les connaissances associées au labyrinthe, au zodiaque, à la lumière, à l’alchimie.

L’ouvrage passionnant, très pédagogique et complet, permet au lecteur de saisir les multiples dimensions que recouvre la construction des cathédrales, de la technique à la mystique. Jean-François Blondel aspire à une renaissance des cathédrales afin qu’un rapport vivant soit restauré à tout ce qu’elles véhiculent et préservent.